martes, 24 de diciembre de 2013

Recomanacions de lectura des de la meva biblio

Hola, avui us enllaço amb el Bloc de la meva biblio, cadascú de nosaltres
hem dit la nostra i em fa il·lusió compartir: les recomanacions van així:

http://blocs.lescorts.cc/lecturamllongueras/2013/12/23/6827/

Que vagi bé el Nadal i més que mai : Felices lectures sempre !

Renoir- La lecture
















Fins aviat, Muriel

sábado, 14 de diciembre de 2013

Manque de thé ou trop de thé ?

Suite à une conversation avec un ami, je reprends Le livre du thé de Kakuzô Okakura*, un livre merveilleux et profond, un trésor dans ma bibliothèque personnelle. Sur la première page, il y a une photo, en noir et blanc, sobre et sa légende: "La préparation et le partage d'un bol de thé donnent naissance à une profonde expérience esthétique." Plus loin, au coeur du chapitre La coupe de l'humanité, une phrase me happe: Selon l'une de nos expressions usuelles (en japonais, donc), une personne "manque de thé" lorsqu'elle se montre insensible aux épisodes tragi-comiques qui ponctuent l'existence. Mais notre langue stigmatise également l'esthète sauvage qui, indifférent à la tragédie du monde, s'abandonne sans retenue au flot de ses émotions; de celui-là, elle dit qu'il a "trop de thé".

"Là où l’Occident ne voit qu’un banal breuvage doré, l’Asie perçoit le symbole d’un rapport équilibré entre le dehors et le dedans." dit Mona Chollet dans une analyse de ce livre de sagesse:[http://www.peripheries.net/article233.html]



Le Livre du thé, Éditions Picquier Poche
Cette année qui se termine aura été pour moi, entre autre, une année avec trop peu de tasses de thé préparées et partagées, c'est circonstantiel... L'année prochaine, c'est-à-dire dans un rien de temps, je reprends le cours des choses et du thé bien vite ! Précisément - et parce que je suis toujours dans le rangement intensif, cathartique, libérateur et épuisant - j'ai, ces jours-ci, redisposé mes théières, mes tasses, mes boîtes et mes nappes à thé... et je me suis sentie heureuse... La cérémonie du thé, ce culte fondé, nous dit encore Okakura, "sur l'adoration du beau jusque dans les occupations les plus triviales de la vie quotidienne"...

À la prochaine, bonnes tasses de thé à vous toujours ! Muriel

Et clin d'oeil aux amis britanniques qui savent si bien dire d'une chose qui ne leur plaît pas, ne leur convient pas, ne les fait pas se sentir heureux, que ça n'est pas leur "cup of tea" !

Et, tenez, pour la route, Sam Brown**, géniale avant sa chanson éclair Tea: Tea-Sam-Brown-YouTube

*Okakaura: érudit japonais (1862-1913), versé dans lesa arts, les langues - l'anglais, dans laquelle il écrira toute son oeuvre et le chinois. Dans nos contrées, il est surtout connu pour son Livre du thé (1906), un ouvrage parmi les multiples qu'il a écrits dans l'idée de faire connaître la culture orientale aux Occidentaux .

** Sam Brown:auteur-compositeur-interprète anglaise (1964-) à la voix très versatile naviguant dans les eaux du jazz-soul-pop .

sábado, 30 de noviembre de 2013

Découvertes d'un blog de lectures... Les hirondelles savent lire

Un post simplement pour partager cette découverte que je viens de faire d'un blog de lectures, de voyages littéraires d'hirondelles qui savent lire:

Les hirondelles savent lire, voyages littéraires d'une hirondelle

Et merci à Loizo, son auteur ! Sympa, joli, intéressant !

Et salutations au poète, à Victor Hugo, qui a si joliment parlé des hirondelles quand elles sont parties (en voyage!):

Les hirondelles sont parties.
Le brin d'herbe a froid sur les toits ;
Il pleut sur les touffes d'orties.
Bon bûcheron, coupe du bois.


Les hirondelles sont parties.
L'air est dur, le logis est bon.
Il pleut sur les touffes d'orties.
Bon charbonnier, fais du charbon.


Les hirondelles sont parties.
L'été fuit à pas inégaux ;
Il pleut sur les touffes d'orties.
Bon fagotier, fais des fagots.



Les hirondelles sont parties.
Bonjour, hiver ! bonsoir, ciel bleu !
Il pleut sur les touffes d'orties.
Vous qui mourez, faites du feu. 


(in L'art d'être grand-père, poème écrit en sept. 1853)


Allez, belles lectures à vous, toujours ! Muriel

viernes, 22 de noviembre de 2013

Toujours les tuiles me font penser à mon père...

Tuiles travaillées par le temps, 
Catalogne, mai '13, Muriel

















Pensée pour mon père qui, 
aujourd'hui, aurait 85 ans... 
.
Les toits, les tuiles...
c'est toujours, à travers lui, un sujet 
qui retient mon attention, 

Au cours de mes voyages, j'ai découvert
qu'il y avait des villes où bien des maisons 
n'avaient pas de toit, mais des terrasses.
Et malgré le bonheur que peuvent donner
les terrasses (celui de contempler des toits, 
entre autres) ces maisons m'ont semblé pas - 
ou peu- finies, voire désemparées...  
Question d'héritage culturel...
.
À bientôt, Muriel

lunes, 18 de noviembre de 2013

3er día de diluvio, reunión del Club de Lectura

Hoy ha sido el tercer día de lluvias torrenciales en Barcelona, llevamos 3 días 1/2 en realidad... y hoy ha habido sesión de uno de nuestros Clubes de Lectura en la Biblioteca. Se ha llevado a cabo en la sala de actos y en la antesala... otra reunión estaba teniendo lugar: 



Unos estaban hablando sobre el libro Estupor y temblores de Amélie Nothomb*, otros, me pareció entender, debatían sobre factores meteorológicos** y demás aspectos de la condición humana...

Hasta pronto, felices días de sol o lluvia, felices lecturas siempre ! Muriel

* Amélie Nothomb: escritora belga, nacida en 1966 en Japón, pasa la niñez y la adolescencia entre varios países de Extremo Oriente; vive actualmente en Bélgica, prolífica, cuenta entre los novelistas en lengua francesa más leídos desde hace 20 años

** previsión meteo para mañana: más lluvia


sábado, 16 de noviembre de 2013

Pluja, Música, Mar i Poesia...

Plou plou i plou... i escolto música. Per fi ha arribat un petit moment de tranquil·litat... m'agrada la pluja, m'agrada la música... Ara acabo de sentir una frase-refrà de Catalunya Música:

La pluja com la música és imprescindible; la mar com la música, també és font de plaer i d'energia.

Estic d'acord ! I veure el mar també em fa un bé extraordinari, sempre... Demà, si plou no aniré a passejar per la platja per això, aplaçaré la cita dominical...

I ara em sembla que em posaré L'holandès errant* que he agafat de l'expo "Any Wagner-Verdi" que jo mateixa vaig muntar a la biblioteca... i l'escoltaré mentre plou plou i plou...

Però abans buscaré aquella bellíssima poesia de Josep Maria de Sagarra** sobre la pluja i la tornaré a llegir... la Cançó de pluja, tot un plaer... Sí, amb la pluja, la música, la mar... i la poesia tenim aquí quatre inesgotables fonts de vida ! 

No sents, cor meu, quina pluja més fina ? 
Dorm, que la pluja ja vetlla el teu son... 
Hi ha dues perles a la teranyina, 
quina conversa la pluja i la font! 
No sents, cor meu, quina pluja més fina? 

No sents, cor meu, quin plorar i quin cantar? 
Canten les gotes damunt la teulada, 
ploren les gotes damunt del replà... 
Gotes de pluja, gardènia que es bada... 
No sents, cor meu, quin plorar i quin cantar? 

¿No sents, cor meu, quina pau més divina, 
amb la música dels núvols desfets? 
Pluja de nit, delicada veïna, 
dentetes d'aigua en els vidres quiets... 
No sents, cor meu, quina pau més divina? 

¿No sents, cor meu, que la pena se'n va, 
dintre aquest plor de la pluja nocturna, 
i les estrelles somriuen enllà? 
Enllà somriu un mantell tot espurna... 
No sents, cor meu, que la pena se'n va? 

No sents, cor meu, quina pluja més fina? 
No sents, cor meu, quin plorar i quin cantar? 
No sents, cor meu, quina pau més divina? 
No sents, cor meu, que la pena se'n va? 
No sents, cor meu, quina pluja més fina?


Fins aviat ! Muriel

*L'holandès errant, òpera de Richard Wagner composta al voltant de l'any 1841

**Josep Maria de Sagarra: escriptor i poeta català (1894-1961), amb Salvador Espriu i Josep Plà va participar a la Renaixença (de la literatura catalana)

jueves, 7 de noviembre de 2013

Albert Camus, Sísif, Google & el Tiziano

Obro el Google i, és ben cert, avui l'Albert Camus faria 100 anys ! La il·lustració de capçalera, el doodle, vaja, ens ho recorda i m'agrada que l'escriptor se'ns presenti associat al seu assaig sobre el mite de Sísif. Aquell personatge de la mitologia grega que, castigat pels Déus per haver-los desafiat, va haver de passar la resta de la seva vida rodolant absurdament cap amunt una pedra enorme fins al cim d'una muntanya d'on tornava incessantment a caure...

Doodle-Google-100 anys-Albert Camus

Descubrir i estudiar aquest mite a l'època de l'Institut em va impressionar de manera duradera, em va fascinar i de fet, el tinc molt present,  moltes situacions de la vida diaria me l'evoquen, el fan ressorgir. No sóc pas especialment pessimista no obstant això trobo que la nostra vida pateix el pes de molts esforços inútils... Potser no tan inútils però en el moment mateix, feixucs... i sovint ens assemblen a Sísif, metàfora, doncs, d'aquests esforços inútils... I l'eterna pregunta és: quin és el sentit de la vida ? Uf !

"Un home sempre és presa de les seves veritats" Albert Camus, El mite de Sísif

Si bé El mite de Sísif, és una de les obres cabdals de Camus, cal contemplar-la en el conjunt de l'obra del filòsof*. A mi, m'agrada molt i llegir Camus m'ha marcat.



Le Titien - Le mythe de Sisyphe
*Albert Camus: filòsof, novel·lista, assajista, dramaturg i periodista francès nascut a Algèria (1914-1960), autor també de, entre d'altres títols, L'estranger, La peste, La caiguda,  El malentés, Els justos, El primer home...
Fins aviat, Muriel

miércoles, 30 de octubre de 2013

Ultimo viaggio, dernier voyage, de la miseria a la muerte via Lampedusa

Ayer en la biblio estaba procesando revistas en la biblioteca y la portada del semanal italiano L'Espresso me apartó de mi rutina, me impresionó, la foto y el texto*:

Hier à la bibli, je m'occupais de la presse -un coup de tampon, un ruban antivol, un code barres et hop, sur le catalogue virtuel- mais la couverture de l'hebdomaire italien L'Espresso m'a soustraite de la routine, impressionnée, la photo et le texte*:

Settimanale L'Espresso 24 ottobre 2013

Verdaderamente escalofriante lo de Lampedusa hace 15 días, piel de gallina, ganas de llorar, impotencia, indignación... Cualquier palabra es poca. 

Archi terrible, bouleversant, ce qui s'est passé il y a 15 jours à Lampedusa, chair de poule, envie de pleurer, impuissance, indignation... Toute parole reste vaine. 

L’ULTIMO VIAGGIO *

UOMINI, DONNE, BAMBINI.
IN FUGA DA GUERRE E CARESTIE.
PER TROVARE PACE E UNA NUOVA VITA. UN SOGNO CHE
È DIVENTATO UN INCUBO. COME DIMOSTRA LA TRAGEDIA DI
LAMPEDUSA. CON CENTINAIA DI MORTI
CHE RESTANO UN NUMERO

LE DERNIER VOYAGE *

DES HOMMES, DES FEMMES, DES ENFANTS.
FUYANT LA GUERRE ET LA FAMINE.
À LA RECHERCHE DE LA PAIX ET D’UNE NOUVELLE VIE. UN RÊVE 
DEVENU CAUCHEMAR COMME LE MONTRE LA TRAGEDIE DE
LAMPEDUSA AVEC DES CENTAINES DE MORTS
QUI NE SONT PLUS QU’UN NOMBRE

L’ÚLTIM VIATGE *

HOMES, DONES, NENS.
FUGINT DE LA GUERRA I DE LA FAM
PER A BUSCAR LA PAU I UNA NOVA VIDA. UN SOMNI QUE
 S’HA CONVERTIT EN UN MALSON. COM HO DEMOSTRA LA TRAGÈDIA
DE LAMPEDUSA. AMB CENTENARS DE MORTS
QUE ARA TAN SOLS SON UN NÚMERO

Ellos, que descansen en paz, la paz de la muerte ya que la que buscaban en la vida visiblemente no era para ellos, mientras nosotros seguimos respirando en este mundo tan tan y tan enfermo, miserable, injusto, cada vez más irrespirable.

Eux qui ont entrepris ce dernier voyage, qu'ils reposent en paix, la paix qu'ils ont cherchée de leur vivant mais qui visiblement ne leur était pas réservée, pendant que nous continuons à respirer dans ce monde malade, tellement malade, misérable, injuste, trop souvent irrespirable...

*Texto original de la portada + traduction en français + traducció al català. L'Espresso: hebdomadaire italien d'actualité (politique, culture, économie)

À bientôt, fins aviat, Muriel

miércoles, 23 de octubre de 2013

Le Funambule, la blessure secrète, Jean Genet

Au hasard des livres qu'on me rend à la bibli quand je suis au prêt, je pioche des lectures que je n'aurais pas cherchées autrement, ce sont des lectures qui se présentent à moi. C'est ainsi que je viens de découvrir le texte beau et touchant de Jean Genet*, Le Funambule, dédié à son ami funambule Abdallah. J'ai été impressionnée par ce passage, absolument, j'ai déjà eu conscience de ça mais loin, bien en-dessous de ces mots-là:


Et ta blessure, où est-elle ? / Je me demande où réside, où se cache la blessure secrète où tout homme court se réfugier si l’on attente à son orgueil, quand on le blesse ? Cette blessure — qui devient ainsi le for intérieur —, c’est elle qu’il va gonfler, emplir. Tout homme sait la rejoindre, au point de devenir cette blessure elle-même, une sorte de cœur secret et douloureux. Si nous regardons d’un œil vite et avide, l’homme ou la femme* qui passent –le chien aussi, l’oiseau, une casserole- cette vitesse même de notre regard nous révèlera, d’une façon nette, quelle est cette blessure où ils vont se replier lorsqu’il y a danger. Que dis-je ? Ils y sont déjà, gagnant par elle –dont ils ont pris la forme- et pour elle, la solitude : les voici tout entiers dans l’avachissement des épaules dont ils font qu’il est eux-mêmes, toute leur vie afflue dans un pli méchant de la bouche et contre lequel ils ne peuvent rien et ne veulent rien pouvoir puisque c’est par lui qu’ils connaissent cette solitude absolue, incommunicable –ce château de l’âme- afin d’être cette solitude elle-même.

* Les plus émouvants sont ceux qui se replient tout entiers dans un signe de grotesque dérision : une coiffure, certaine moustache, des bagues, des chaussures… Pour un moment toute leur vie se précipite là, et le détail resplendit : soudain il s’éteint : c’est que toute la gloire qui s’y portait vient de se retirer dans cette région secrète, apportant enfin la solitude

Voilà, c'était à partager, n'est-ce pas ? 


Le Funambule, Jean Genet,
Editions Gallimard, collection L'Arbalète

* Jean Genet: (1910-1986), romancier, poète et dramaturge français profondément rebelle. C'est un marginal dont l'écriture raffinée exalte le mal, le mépris de l'ordre social, la perversion.

Bon, à bientôt, Muriel


domingo, 20 de octubre de 2013

Una cena con alimentos terrestres, esenciales, afectivos

Pica a la puerta una vecina y amiga (orden cronológico) que si bien siempre me ha cuidado, últimamente me mima, me consiente.

Pica justo el día en que llego a casa muy cansada, con un estrés encima que no puedo con él, ni siquiera he hecho la compra. Tengo pan en casa y pienso cenar pan con algo o directamente pan con pan, que no, no es comida de tontos!

Pica y me acerca un platito con un cacho de queso – de cabra me dice, de Murcia, artesano, verás, muy bueno -, un poco de “codonyat” - membrillo que hace ella misma con los membrillos del pueblo – y 4 higos frescos, también de su propia cosecha, la casita en el Delta.
Alimenta los ojos, los ánimos, calienta el corazón… y será delicioso! Son manjares de dioses, o sea, de diosas, son alimentos terrestres esenciales. Me siento feliz y agradecida.

Me siento y como, saboreo cada bocado, qué suerte que me quedara de ese pan tan bueno de espelta y centeno… Y ese inconfundible sabor de fondo de la amistad!

El momento me remite a otro que viví hace muchos años en Marruecos, en un pueblecito más allá de Marrakech. Les pregunté a unas campesinas a qué hora pasaba el autobús de vuelta a Marrakech y faltaba mucho tiempo. Me invitaron a tomar té en su casa, una casita de barro, el té, por supuesto, verde y a la menta. Y me acercaron un platito con almendras frescas de su jardín, una rebanada del pan que acababan de cocer y un poco de mantequilla casera también, deliciosa, todo delicioso. 

Me acuerdo de la felicidad que sentí y de la conciencia que tuve del hermoso regalo que me hacían, esas “nourritures terrestres”, esas  “nourritures essentielles”, lo pensé en francés, lo de terrestres, por André Gide*, por los años del Instituto, y aunque la novela-poema de Gide no tuviera nada que ver con las almendras, el pan, la mantequilla todavía me acuerdo de esa escena así, con estos términos.


Los ingredientes más potentes fueron, claro, la hospitalidad, la amabilidad, “l’accueil”. Para el queso, el membrillo y los higos, ídem! Unas "nourritures affectives” diría Boris Cyrulnik**.

Ahora, escribiendo para este blog, echo de menos una foto del platito de mi amiga, una composición bonita además de apetitosa. Pero, no, no hay foto, me lo zampé todo todito, religiosamente sin pensar...

Gracias Pilar, y cuando tenga mi casa en condiciones, lo dicho, un buen té de los míos, que lo sé, gustan tanto a mis amigas y mi tarta especial de manzana, la que lleva canela, jengibre y... algún ingrediente más (una guarda su secreto así la tarta es un poco más única!)

*André Gide: (1869-1951) escritor francés, premio Nobel de literatura en 1947, publica Los alimentos terrestres ( o alimentos terrenales) en 1897. Comienza con los simbolistas para centrarse luego en la libertad individual y la responsabilidad.

**Boris Cyrulnik: (1937-) neurólogo, psiquiatra y psicoanalista francés, apasionada de resiliencia y felicidad (principales temas de su obra)

Hasta pronto! Muriel

miércoles, 9 de octubre de 2013

Les nuits au langage détoiles


Photo-grenouille emprunté au blog au-bout-de-la-route.blogspot.com

"et quand les jours se font trop amers, dis toi qu’il te reste encore le trésor des nuits, des nuits au langage d’étoiles" , une grenouille, un beau jour, m'a transmis ce message, qui était un message d'amitié. Mes jours ne sont pas amers, non (juste un peu fatigués, ça passera, tout passe...) mais il est bon de se rappeler, les jours où se cache le soleil, qu'il reste les nuits au langage d'étoiles !!! 

Clin d'oeil à Sylvaine, à +, Muriel


martes, 8 de octubre de 2013

50 ans que la Piaf ne chante plus... et chante toujours

La Foule... Milord... Les Amants d'un jour... C'est à Hambourg... La Vie en rose... L'Accordéoniste... Sous le ciel de Paris... Édith Giovanna Gassion, la Môme, la Piaf...  50 ans qu'elle s'est tue après avoir tellement chanté, aimé, vécu à fond, à tort et à travers, après en avoir vu de toutes les couleurs... 3 ans avant de mourir, elle lance une chanson faite exprès pour elle et qui deviendra son hymne et ses dernières paroles: Non, je ne regrette rien. Tout a été dit sur Piaf, la Môme, une gamine de Paris, une p'tite bonne femme, un p'tit piaf... C'est tout bête, tout simple, pas prétentieux, un piaf, un moineau, j'entends, mais qu'est-ce que ça chante bien... La Piaf, une grande voix prodigieuse, poignante... une grande grande dame de la chanson... J'adore... J'ai arrêté d'écouter des chanteurs au fil du temps, Édith Piaf, non ! ça non, alors !

"Mon conservatoire, c'est la rue et mon intelligence, l'instinct", voilà ce qu'elle disait !

Pas besoin de légende ! 



Puis, tiens, voilà le p'tit piaf qui m'a tenu compagnie, il y a quelques semaines sur l'autoroute, je faisais une pause goûter !

Un p'tit piaf pas sauvage, sept.'13, Muriel

Il y a quelques temps, j'avais écrit ce post sur les oiseaux-lyres et autres piafs, sur le piaf Piulet :
http://books-carabistouilles.blogspot.com/2010/04/piafs-oiseaux-lyres-et-moineaux-pajaros.html

Et pour la route, La foule, la Piaf: http://youtu.be/zYegd1cEM-Q

Lien / enllaç amb l'entrada que el Bloc Musictecaris li ha dedicat a la Piaf:
http://musictecaris.blogspot.com.es/2013/10/50-anys-mes-amb-edith-piaf.html

À la prochaine, Muriel

lunes, 7 de octubre de 2013

Natalia Gutman, Auditori de Barcelona

Heureuse, feliz, molt i molt contenta d'haver sentit en directe, d'haver vist, d'avoir vu et entendu ce matin (mais, c'est déjà hier matin !) à L'Auditori, ¡ qué momento más bello de música ! a Natalia Gutman, gran violoncelista rusa, plus toute jeune, le dos courbé, formidable, émouvante - muy aplaudida, qué bien !!!- interpretant el Concert per a violoncel i orquestra nº 1 de Dimitri Xostakovitx, op. 107. Belle la musique, belle l'interprétation, belle la dame ! Mentre hi hagi músics i música...

Youtube, otro día, otra ciudad, otro auditorio, la mateixa Natalia Gutman, la mateixa obra, c'est fou ce que c'est beau : http://youtu.be/2xXsmxrvwwQ , Natalia Gutman, Chostakovitch, concert pour violoncelle

C'est  pour la route ;)  pero...pasar el anuncio, sauter la pub !!!

à + , Muriel 

viernes, 4 de octubre de 2013

Les saisons du corps, Thérèse Bertherat

"Nous avons chacun notre forme, notre forme naturelle, inséparable de notre beauté, de notre santé. Au lieu de nous forcer à faire des exercices pour la forme qui, bien souvent, déforment, au lieu de vouloir copier une forme préétablie, une forme qui n'est pas la nôtre, sachons reconnaître notre forme corporelle authentique, précise...Regardons la forme que nous avons. Nous pouvons la conserver si nous le désirons ou bien la libérer des noeuds, des rigidités qui la rendent prisonnière... "

J'ai remis cet après-midi des livres sur les étagères auxquelles ils appartiennent, des 613.7*, c'est-à-dire des livres sur "le corps et la santé". Il y avait celui de Thérèse Bertherat, Les saisons du corps, incroyablement indémodé, absolument indémodable... J'ai toujours entendu parler d'elle ! Le livre est en castillan à la bibli, mais j'ai reproduit grosso modo le 1er paragraphe de la 4ème de couverture... C'est quelque chose que je voudrais essayer, l'anti-gymnastique, les mouvements, la thérapie Thérèse Bertherat... Tellement mal au dos, tellement d'efforts tout au long de la journée pour "me tenir droite" !!! Les quelques lignes que je cite ne sont pas là pour m'encourager à "me tenir mal", bien entendu, mais elles me font du bien, elles me réconcilient avec mon corps, tel qu'il est, là, dans sa douleur et dans la joie qu'il me permet aussi de vivre... dans sa forme, dont je ne voudrais pas exactement le libérer... disons, dans sa forme que j'aimerais arriver à redresser... à partir d'un dialogue tranquille, apaisé, avec mon dos... une connaissance, une reconnaissance (le re-connaître et lui être reconnaissante).

* 613.7, un exemple de la CDU, Classification Décimale Universelle



Bon, c'est tout (pour le moment) Muriel


viernes, 20 de septiembre de 2013

El Jueves i Charlie Hebdo, revistes... responsables

Des de fa algun temps, una de les meves tasques a la biblio és "processar" les revistes, és a dir fer tot el procés des que les rebem (treure-les del sobre, posar el segell de la biblio, etc etc. fins a col·locar-les físicament al prestatge o expositor pertinent i virtualment al catàleg . És una tasca més aviat agradable perquè tot treballant veig, si més no, les portades, tan variades en temes, estètica, etc... I, arribo al punt d'aquest post, hi ha una portada que sempre em fa riure, la de El Jueves, la revista que sale los miércoles. No té desperdici ! Aquests darrers anys no la tenia present, aquesta revista, i això que m'havia agradat descobrir-la en el seu moment. Fullejar El Jueves em recordava, d'alguna manera el Charlie Hebdo, journal irresponsable dels anys de la Universitat, a França. El jueves, en menys groller... tot s'ha de dir. Tota l'actualitat vista a través del prisma de la irreverència, l'humor negre, els jocs de paraula, la conciència social, la conciència política, la irrisió... la irrisió per sobre de tot ! La portada de la setmana 11-17 set. és la següent (ai, l'atur !): 


I aquí, per il·lustrar la meva comparació, la portada del Charlie Hebdo del 24 de juliol 2013


Apa, fins la propera ! Muriel

miércoles, 11 de septiembre de 2013

Diada

Un voeu, un desig, un deseo:

Pour des personnes libres dans des pays libres ! 
(La Catalogne, le Tibet, le Sahara, et j'en passe !!!) 

Per a una Catalunya, un Tibet, un Sàhara 
- i uns quants països més ! - 
LLIURES !

Países libres con gente libre, 
independiente de la dictadura de los bancos
 y de políticos contaminados ! 

Libres y justos ! o sea: dos deseos (en uno !)

Fins la propera, à bientôt, Muriel


jueves, 5 de septiembre de 2013

Des gens et des éléphants... Elephants are different to different people

De la même façon que j'avais adoré découvrir le poème When I am an old woman (Quand je serai une vieille dame), de Jenny Joseph - cf mon post d'août dernier: http://books-carabistouilles.blogspot.com.es/2012/08/qui-avisa-no-es-traidor-warning.html#links  - j'étais alors au lycée et avais de formidables profs d'anglais -, j'avais bien aimé cet autre texte, Elephants are different to different people (Les éléphants sont différents pour des personnes différentes), de Carl Sandburg*. Je l'ai retrouvé dans l'unique manuel d'anglais que je conservais de l'époque, Imagine you're English, avec beaucoup de plaisir - un peu de rangement à fond n'apporte pas que des contractures !

Le voici donc en version originale, d'abord, puis dans une traduction que j'improvise en français:

      Wilson and Pilcer and Snack stood before the zoo elephant.

     Wilson said, "What is its name? Is it from Asia or Africa? Who feeds
it? Is it a he or a she? How old is it? Do they have twins? How much does
it cost to feed? How much does it weigh? If it dies, how much will another
one cost? If it dies, what will they use the bones, the fat, and the hide
for? What use is it besides to look at?"

     Pilcer didn't have any questions; he was murmering to himself, "It's
a house by itself, walls and windows, the ears came from tall cornfields,
by God; the architect of those legs was a workman, by God; 

he stands like a bridge out across the deep water; the face is sad 
 and the eyes are kind; I know elephants are good to babies."

     Snack looked up and down and at last said to himself, "He's a tough
son-of-a-gun outside and I'll bet he's got a strong heart, I'll bet he's
strong as a copper-riveted boiler inside."

     They didn't put up any arguments.
     They didn't throw anything in each other's faces.
     Three men saw the elephant three ways
     And let it go at that.
     They didn't spoil a sunny Sunday afternoon;

"Sunday comes only once a week," they told each other.



Photo: http://animal.kukuchew.com
    
     Wilson, Pilcer et Snack étaient là à regarder l'éléphant du zoo. 

     Wilson se demanda alors tout haut: "Comment peut-il bien s'appeler? 
Est-ce qu'il vient d'Asie ou d'Afrique ? Qui lui donne à manger ? C'est un 
mâle ou une femelle ? Quel âge il peut bien avoir ? Y a-t-il des jumeaux 
chez les éléphants ? Ça doit coûter combien de le nourrir ? Combien 
il pèse ? S'il meurt, combien ça coûtera d'en racheter un ? Quand il 
mourra, qu'est-ce qu'on fera de ses os, sa graisse, sa peau ? 
    À quoi il sert, à part à être regarder ?" 

     Pilcer n'avait pas de questions ; il murmurait:  "Un vrai bâtiment

ses oreilles viennent droit des champs de maïs géant; diantre ! 
et l'architecte de ces jambes-là n'était pas un fénéant, ma foi; 
un vrai pont sur des eaux profondes; il a une tête triste et des yeux doux; 
je sais que les éléphants sont gentils avec les bébés."

     Snack regardait de haut en bas et finit par se dire: "C'est un 
sacré gaillard, le gars, sûr qu'il a un coeur en acier, il doit être 
fort comme tout en dedans, une vraie bouilloire à l'ancienne." 

     Ils ne se sont pas disputés pour avoir raison.
     Ils ne se sont rien jeté à la figure.
     Trois hommes voyaient l'éléphant chacun à sa façon     
     Et c'était bien comme ça. 
     Ils n'ont pas gâché un dimanche après-midi ensoleillé; 
 
    "Le dimanche, ça n'arrive qu'une fois par semaine" ont-ils dit.

Voilà... Ce n'est pas que ce soit, à mon goût, de la poésie incontournable dans sa forme, dans la beauté des mois choisis et assemblés, non... mais, je me dis, si ça pouvait être comme ça, toujours, pour tout le monde, et pas seulement avec les éléphants ! 

* Carl Sandburg: (1878 - 1967), poète, historien et romancier américain.

Pour un monde meilleur ! Muriel (et mes meilleurs souvenirs à mes anciennes profs d'anglais: Madame Goupil, Claudine, et, of course, Mademoiselle Mangin !) 

lunes, 2 de septiembre de 2013

Setembre efectivament, effectivement !

Setembre promet ser particularment intens a la meva vida aquest cop. Avui ha sigut un dia amb les hores i l'impacte de tres dies a l'hora... 
Primer, el dol, aquest matí de la casa on he viscut tots aquests darrers anys: després d'unes obres majors, serà una altra etapa... és un esdeveniment que he estat desitjant, esperant i celebrant perquè és bo per a mi... però sentir picar, i veure com se li "feia mal" a la casa, com se la feia malbé, m'ha impressionat. ... No m'esperava sentir un calfred, una tristesa... no m'imaginava desemparada i amb sentiment de pèrdua al mig de les runes...  
Després, a la feina, a la biblio,  la bogeria de la "rentrée" i la perspectiva d'un any més amb manca de personal, de mitjans, de temps per tota la feina a fer, de temps per descansar... 
I llavors la ullada que li he fet al bloc de la meva filla, que està a l'Índia. Unes emocions, unes impressions... La conec prou bé, crec, però aquest viatge seu és l'ocasió d'un redescobriment o d'un descobriment d'una altra manera. A través dels seus "posts" veig la seva força, les seves conviccions, la seva escriptura (que sempre m'ha agradat) , la seva sensibilitat a través d'altres miralls: aquest darrer post en particular, "Visita a McLeod Ganj", m'ha fet impressió:  http://www.de-catalunya-a-la-india.blogspot.com.es/2013/08/visita-mcleod-ganj.html. Mare meva !

Septembre promet d'être particulièrement intense dans ma vie cette année, décidément ! Une journée qui semble avoir pris à son compte les heures et l'impact (sur le dos, la tête, le coeur) de trois journées à part entière. 
D'abord, le deuil, ce matin, de la maison qui m'abrite depuis belle lurette et qui subit des transformations que j'ai désirées, dont j'ai célébré l'avénement, qui seront bonnes pour moi... Mais je ne m'attendais pas à ressentir un effroi, de la peine, et à me sentir perdue au milieu des décombres... une page se tourne et pour le meilleur mais les coups de massue m'ont fait comme mal... enfin... 
Puis au boulot, à la bibli, la folie de la rentrée et la perspective d'une année à manquer de personnel, de moyens, de temps pour tout ce travail, de temps pour me reposer... 
Ensuite, le clic sur le blog de ma fille, qui, donc, est en Inde. Je la connais pourtant bien mais la redécouvre à travers ses posts, je vois sa force, ses convictions, son écriture (qui me plaît depuis longtemps), sa sensibilité à travers d'autres miroirs: ce post, surtout m'a impressionnée, il est en castillan, je vais le traduire et le mettre en commentaire, demain: http://www.de-catalunya-a-la-india.blogspot.com.es/2013/08/visita-mcleod-ganj.html. Oh, nom d'un chien !

Bon, voilà, fins aviat ! Muriel

domingo, 1 de septiembre de 2013

Septembre, Setembre... again !

Et voilà, le beau mois de Septembre est revenu... je suis bien incapable de savoir si ça passe vite ou non... mais ça passe... C'est un mois de Septembre très spécial dans ma vie, ma fille en Inde, son anniversaire au pied de l'Himalaya et entourée d'enfants auprès desquels elle est partie travailler, moi dans de gros travaux, ça sera très très bien, des amies qui font signe de partout... Tout a bien commencé: Summertime (Gershwin, Porgy and Bess) ce matin à Catalunya Música (c'est fou cette musique, ce refrain, dans ma vie: que du bon !) et en tournant les pages de mon calendrier, une photo de Brassaï... En fin d'après-midi une coupe de cava improvisée avec les copines d'ici de toujours et ce soir, une grosse fatigue physique et un bonheur dans la tête, prémonitoires d'une bonne nuit de sommeil: qui dit mieux ?
À la vie, à la vôtre, à la nôtre !!!

Setembre ha tornat, el "meu" mes... no sé si el temps passa de pressa o no... Passa ! Un mes de setembre molt especial a la meva vida amb la meva filla a l'Índia, el seu aniversari al peu de l'Himalaia i acompanyada dels nens amb qui està allà treballant, obres majors a casa, per bé, molt, senyals d'amigues d'arreu al llarg del dia... És un dia que ha començat molt i molt bé: Summertime (Gershwin, Porgy and Bess) a Catalunya Música (una peça que em persegueix i per bé des de fa mooolt de temps) i, al girar la pàgina del calendari, una foto de Brassaï ! Al vespre, una copa de cava improvitzada amb amigues d'aquí i de sobte, aquesta nit, una fatiga física enorme i una felicitat al cor, premonitòries, les dues, d'una bona nit d'una son reparadora. Es pot demanar més ? 
Per la vida ! La vostra ! La nostra ! Salut !

Summertime, by Peter Vamos: http://youtu.be/HqI92UOUjcI (YouTube)

Feliç Setembre, Heureux septembre à vous ! Muriel

miércoles, 28 de agosto de 2013

I have a dream... la parole, le rêve...

Ce n'est absolument pas une idée originale, non, et je ne vais pas être la seule à relire le discours de Martin Luther King Jr aujourd'hui, et pourtant, c'est en même temps un devoir -en plus d'un plaisir- de le faire. Les anniversaires servent à ça, à repenser, à relire, à faire le point aussi. La parole a un pouvoir énorme, en bien - en mal aussi malheureusement -, elle est constructrice, elle est destructrice, ça dépend de ce qui est dit, quand, comment, par qui... Elle donne la vie, elle donne la mort, on peut mourir d'avoir parlé et c'est bien ce qui a fini par arriver au Pasteur noir américain, engagé pour les Droits Civils, pour les droits des Noirs, contre la ségrégation, et aussi, contre la guerre au Vietnam, et bien entendu, contre la pauvreté en général... La parole est une arme redoutable, formidable, merveilleuse... Le discours de Martin Luther King a été constructeur, indéniablement, et il l'est encore... Il m'émeut toujours, il me donne un grand grand frisson dans le dos, dans le coeur, dans la tête... Et le rêve donc, constructeur lui aussi, et comment ! Car, sans rêve préalable, qu'en serait-il des grandes réalisations ? Le rêve et la parole pour exprimer le rêve... Il y a 50 ans pile aujourd'hui, le 28 août 1963, Martin Luther King Jr prononçait ce discours, un discours de 3 pages dont la partie finale, I have a dream, est rentrée dans l'Histoire, est devenue patrimoine de tous les humains, s'apprend par coeur comme une poésie. On dit que "les paroles s'envolent"... dans ce cas-là, elles se sont bel et bien envolées, effectivement, mais pour prendre racines dans le plus grand nombre d'esprits ! Ou suis-je encore très optimiste ?! En voici texte dans son intégralité, en caractères gras, la partie la plus célèbre: 

 " I am happy to join with you today in what will go down in history as the greatest demonstration for freedom in the history of our nation.

Five score years ago, a great American, in whose symbolic shadow we stand today, signed the Emancipation Proclamation. This momentous decree came as a great beacon light of hope to millions of Negro slaves who had been seared in the flames of withering injustice. It came as a joyous daybreak to end the long night of their captivity.

But one hundred years later, the Negro still is not free. One hundred years later, the life of the Negro is still sadly crippled by the manacles of segregation and the chains of discrimination. One hundred years later, the Negro lives on a lonely island of poverty in the midst of a vast ocean of material prosperity. One hundred years later, the Negro is still languished in the corners of American society and finds himself an exile in his own land. And so we've come here today to dramatize a shameful condition.

In a sense we've come to our nation's capital to cash a check. When the architects of our republic wrote the magnificent words of the Constitution and the Declaration of Independence, they were signing a promissory note to which every American was to fall heir. This note was a promise that all men, yes, black men as well as white men, would be guaranteed the "unalienable Rights" of "Life, Liberty and the pursuit of Happiness." It is obvious today that America has defaulted on this promissory note, insofar as her citizens of color are concerned. Instead of honoring this sacred obligation, America has given the Negro people a bad check, a check which has come back marked "insufficient funds."

But we refuse to believe that the bank of justice is bankrupt. We refuse to believe that there are insufficient funds in the great vaults of opportunity of this nation. And so, we've come to cash this check, a check that will give us upon demand the riches of freedom and the security of justice.

We have also come to this hallowed spot to remind America of the fierce urgency of Now. This is no time to engage in the luxury of cooling off or to take the tranquilizing drug of gradualism. Now is the time to make real the promises of democracy. Now is the time to rise from the dark and desolate valley of segregation to the sunlit path of racial justice. Now is the time to lift our nation from the quicksands of racial injustice to the solid rock of brotherhood. Now is the time to make justice a reality for all of God's children.

It would be fatal for the nation to overlook the urgency of the moment. This sweltering summer of the Negro's legitimate discontent will not pass until there is an invigorating autumn of freedom and equality. Nineteen sixty-three is not an end, but a beginning. And those who hope that the Negro needed to blow off steam and will now be content will have a rude awakening if the nation returns to business as usual. And there will be neither rest nor tranquility in America until the Negro is granted his citizenship rights. The whirlwinds of revolt will continue to shake the foundations of our nation until the bright day of justice emerges.

But there is something that I must say to my people, who stand on the warm threshold which leads into the palace of justice: In the process of gaining our rightful place, we must not be guilty of wrongful deeds. Let us not seek to satisfy our thirst for freedom by drinking from the cup of bitterness and hatred. We must forever conduct our struggle on the high plane of dignity and discipline. We must not allow our creative protest to degenerate into physical violence. Again and again, we must rise to the majestic heights of meeting physical force with soul force.

The marvellous new militancy which has engulfed the Negro community must not lead us to a distrust of all white people, for many of our white brothers, as evidenced by their presence here today, have come to realize that their destiny is tied up with our destiny. And they have come to realize that their freedom is inextricably bound to our freedom.

We cannot walk alone.
And as we walk, we must make the pledge that we shall always march ahead.
We cannot turn back.

There are those who are asking the devotees of civil rights, "When will you be satisfied?" We can never be satisfied as long as the Negro is the victim of the unspeakable horrors of police brutality. We can never be satisfied as long as our bodies, heavy with the fatigue of travel, cannot gain lodging in the motels of the highways and the hotels of the cities.
We cannot be satisfied as long as a Negro in Mississippi cannot vote and a Negro in New York believes he has nothing for which to vote. No, no, we are not satisfied, and we will not be satisfied until "justice rolls down like waters, and righteousness like a mighty stream."

I am not unmindful that some of you have come here out of great trials and tribulations. Some of you have come fresh from narrow jail cells. And some of you have come from areas where your quest for freedom left you battered by the storms of persecution and staggered by the winds of police brutality. You have been the veterans of creative suffering. Continue to work with the faith that unearned suffering is redemptive. Go back to Mississippi, go back to Alabama, go back to South Carolina, go back to Georgia, go back to Louisiana, go back to the slums and ghettos of our northern cities, knowing that somehow this situation can and will be changed.

Let us not wallow in the valley of despair, I say to you today, my friends, even though we face the difficulties of today and tomorrow, I still have a dream. It is a dream deeply rooted in the American Dream.

I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed: "We hold these truths to be self-evident; that all men are created equal".

I have a dream that one day even the state of Mississippi, a state sweltering with the heat of injustice, sweltering with the heat of oppression, will be transformed into an oasis of freedom and justice.

I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character.
I have a dream today.

I have a dream that one day down in Alabama with its vicious racists, with its governor having his lips dripping with the words of interposition and nullification one day right there in Alabama little black boys and black girls will be able to join hands with little white boys and little white girls as sisters and brothers.
I have a dream today.

I have a dream that one day every valley shall be exalted, every hill and mountain shall be made low, the rough places will be made plains, and the crooked places will be made straight, and the glory of the Lord shall be revealed, and all the flesh shall see it together.


This is our hope. This is the faith that I go back to the South with.
With this faith we will be able to hew out of the mountain of despair a stone of hope.
With this faith we will be able to transform the jangling discords of our nation into a beautiful symphony of brotherhood. 
With this faith we will be able to work together, to pray together, to struggle together, to go to jail together, to stand up for freedom together, knowing that we will be free one day. This will be the day when all of God's children will be able to sing with new meaning, "My country 'tis of thee, sweet land of liberty, of thee I sing. Land where my father died, land of pilgrims' pride, from every mountainside, let freedom ring".

And if America is to be a great nation this must become true. So let freedom ring from the prodigious hilltops of New Hampshire. Let freedom ring from the mighty mountains of New York. Let freedom ring from the heightening Alleghenies of Pennsylvania! Let freedom ring from the snowcapped Rockies of Colorado! Let freedom ring from the curvacious slopes of California ! But not only that; let freedom ring from the Stone Mountain of Georgia ! Let freedom ring from Lookout Mountain of Tennessee. Let freedom ring from every hill and mole hill of Mississippi. From every mountainside, let freedom ring, and when this happens,

When we let freedom ring, when we let it ring from every village and every hamlet, from every state and every city, we will be able to speed up that day when all of God's children, black men and white men, Jews and Gentiles, Protestants and Catholics, will be able to join hands and sing in the words of the old Negro spiritual, 

"Free at last! Free at last! Thank God Almighty, we are free at last"! "

Voilà, heureuse d'avoir fait cette relecture, heureuse de la partager... Ce discours est, bien entendu, traduit dans toutes les langues - enfin, je crois, j'espère qu'il en est ainsi, qu'il n'y a pas de langue dans laquelle il serait interdit de le lire, impossible d'y puiser la force de se battre pour vivre en paix...

À la prochaine, vive la parole, vive le rêve, vive un monde meilleur ! Et il reste un sacré chemin à faire ! Muriel

lunes, 26 de agosto de 2013

La loi de la flottaison

Cette phrase, que je trouve marrante et qui n'est pas une aussi "lapalissade" qu'il ne semble, je j'ai lue au début de l'été, à la recherche, sans doute, de quelque information n'ayant aucun rapport et elle me retraverse souvent l'esprit:

"La loi de la flottaison n'a certainement pas été découverte en contemplant les naufrages."

La citation originale est en réalité: "La loi de la flottaison n'a pas été découverte en contemplant des objets qui coulent, mais en observant comment flottent des objets qui flottent naturellement, puis en se demandant intelligemment pourquoi il en est ainsi." et elle est de Thomas Troward (métaphysicien, philosophe de la Science de l'Esprit).

Donc, 1) si la loi de la flottaison n'a pas été découverte en contemplant les naufrages et 2) si, en revoyant le film Mon oncle d'Amérique* hier soir j'ai bien vu que l'inhibition est la dernière des tactiques à suivre pour continuer à flotter, bien après la fuite, qui, nous l'avons vu, est digne d'éloge, il va falloir que je cerne mon attitude carapace. Si l'inhibition ne conduit qu'à la perte, rentrer dans sa carapace est-il ou non de l'inhibition. Pour le moment, je crois que non, parce qu'à l'intérieur de ma carapace il y a des idées, du rêve, du calme, surtout du calme et pas d'angoisse ni de peur... Ça m'a fait réfléchir de revoir ce film du grand Resnais*, un de mes grands cinéastes, ça oui... Définitivement, c'est pour l'instant la recherche du calme, c'est un abri contre une certaine toxicité à certains moments, c'est la salle de transit... une antichambre, assez confortable qui plus est... Voilà...

Alors, clin d'oeil à Sylvaine, qui sur la loi de la flottaison en connaît un rayon, des rayons, même ! D'ailleurs, je vous connecte à son blog: http://sylvaineyoga.over-blog.com/, surprenant, vous verrez, le rayon yoga dans la flotte ! Même à moi, qui ne suis pas aquatique pour un sou, ça me donne envie ! Je lui souhaite aussi la bienvenue comme membre sur le mien !

Mon oncle d'Amérique, film d'Alain Resnais sorti en 1980. Il illustre les théories du scientifique Henri Laborit [voir post du  http://books-carabistouilles.blogspot.com/2013/08/eloge-de-la-fuite-henri-laborit.html ]. Alain Resnais, cinéaste français né en 1922, figure emblématique, avec François Truffaut et Jean-Luc Godard de la nouvelle vague) 

Allez, à la prochaine, bon vent ! Muriel

sábado, 24 de agosto de 2013

Un blog sur un voyage en Inde / Un bloc sobre un viatge a l'Índia

A partir d'avui, i durant un mes, seguiré aquest bloc d'un primer viatge solidari a l'Índia d'una persona meva estimada amb bogeria. El llegiré amb molta curiositat, ganes de saber, aprendre i, de certa manera, viatjar jo mateixa també una mica. Hi haurà comentaris i fotos del dia a dia:

En effet, à partir d'aujourd'hui, et pendant un mois, je suivrai avec grand intérêt, avec passion même (n'hésitons pas!), ce blog d'un premier voyage solidaire en Inde d'une personne que j'aime... à la folie, tout simplement. Un formidable voyage "par procuration"... en attendant de revoyager moi-même ! Il sera rédigé en catalan et en castillan (éventuellement en français selon le moment) et nourri de commentaires et de photos au jour le jour: 

El meu primer viatge a l'Índia: http://www.de-catalunya-a-la-india.blogspot.com.es/




À bientôt, fins aviat, Muriel et... bisous énormes à ma fille ! 

viernes, 23 de agosto de 2013

Caisses de rangement...

Comme je disais, je suis dans les caisses et les caisses et les caisses et les caisses de rangement. Parmi celles qui ne partiront pas à la déchetterie, mais alors pas du tout, il y a celle-ci:

La Gata Àgatha- agosto '13 photo Aïna


Allez, à bientôt ! Muriel

miércoles, 21 de agosto de 2013

Allò que l'agost madura, el setembre ho assegura

Tinc moltes ganes de que sigui així... que allò que l'agost ha estat madurant, el setembre l'asseguri ! el raïm, entre d'altres regals de la terra, les esperances i els projectes... sí, els projectes !
Es veu que l’agost té la clau de l’any...

Ho desitjo també per a vosaltres ! Fins després, Muriel


martes, 20 de agosto de 2013

Éloge de la fuite, Henri Laborit

Étant plongée dans une époque intensive de rangement (de préférence par le vide... mais pas pour tout !), je retombe, entre autres choses, sur des notes de lecture et des passages de livres, recopiés à la main. Au hasard des redécouvertes, je m'attarde un peu et relis et repense... Hier, j'ai donc relu L'Éloge de la fuite, d'Henri Laborit*. C'est un texte que j'ai souvent en tête, très:

Quand il ne peut plus lutter contre le vent et la mer pour poursuivre sa route, il y a deux allures que peut encore prendre un voilier: la cape (le foc bordé à contre et la barre dessous) le soumet à la dérive du vent et de la mer, et la fuite devant la tempête en épaulant la lame sur l'arrière avec un minimum de toile, - là, en réalité, je n'y comprends rien, la voile, c'est pas ma tasse de thé, ça ne fait rien, c'est beau- . La fuite reste souvent, loin des côtes, la seule façon de sauver le bateau et son équipage. Elle permet aussi de découvrir des rivages inconnus qui surgiront à l'horizon des calmes retrouvés. Rivages inconnus qu'ignoreront toujours ceux qui ont la chance apparente de pouvoir suivre la route des cargos et des tankers, la route sans imprévu imposée par les compagnies de transport maritime -  là oui, je comprends tout, et avec des frissons de plaisir-. Vous connaissez sans doute un voilier nommé "Désir". 

Voilà, j'adore ce texte... 

Elogio de la huida : el texto en castellano, imágenes de la película Mi tío de América de Alain Resnais (el texto de Laborit se recita e ilustra a modo de introducción de la peli).

En ce moment, je fuirais bien, mais ce n'est absolument pas viable, bientôt mais pas encore... Là, il s'agirait plutôt pour moi d'un Éloge de... la carapace... en guise de voilier, une tortue et pour ce qui est des rivages inconnus... l'intérieur de la carapace... on pourrait faire mieux... enfin, une tortue nommée... nommée comment ? Patience ? Résistance ? Je vais y réfléchir... 


* Henri Laborit (1914-1995), biologiste, médecin,  éthologue, psychologue et philosophe français. En 1980, il devient connu du grand public grâce au film d’Alain Resnais, Mon oncle d’Amérique où sont mises en scène des observations de Laborit sur le comportement des rats et leur transposition chez les êtres humains. 

Voilà, à bientôt, Muriel

http://books-carabistouilles.blogspot.com/2013/08/eloge-de-la-fuite-henri-laborit.html

lunes, 19 de agosto de 2013

Un poema intraduïble (Jacques Roubaud)

L'altre dia que estava a la biblio, al taulell de Préstec, em van tornar un llibre de poesia. Sempre em crida l'atenció doncs no són llibres que surtin molt però sí, hi ha usuaris que entren i van directament a la secció de Poesia, m'agrada constatar això, m'agrada... Aquell llibre era una edició bilingue (castellà / francès) de poemes de Jacques Roubaud*. El vaig fullejar (era un dia calmadet a préstec) i cap al final, vaig veure una nota editorial que deia El poema intraducible. Ja sabem que de per si la poesia és intraduïble i es veu que aquest poema ho és encara més. Es tracta de Rond-point des Champs-Elysées. Ja veig: jocs de paraules a partir d'expressions (ronds de jambe, ronds de fumée,  ronds de chapeau, rond-point, que tenen com a denominador comú "rond" però tan sols en francès... ah, i la paraula "robert" (le petit Robert** / les roberts)... Sí, intraduïble... 

Aquí el teniu: 

Rond-point des Champs-Elysées

Ils ne sont plus nombreux à résumer leur âme 
lente
'en plusieurs ronds de fumée'
'abolis en d'autres ronds' (and so on I presume)
ça fait beau temps que je n'ai pas rencontré dans mes lectures 
ronds de jambe ni ronds de flanc ni ronds de chapeau
et sans le petit Robert je ne saurais vous dire 
ce que signifie ronde bosse
qui est un terme d'architecture
apparu au seizième siècle, mais
dans les porno soft des années cinquante
(la série blonde) 
cela voulait dire ce que d'autres nommaient
les 'roberts'
(petits ou grands)
("tu verrais ses roberts: aux pommes")
(c'est du Sartre)
(plus récemment on disait: roploplot
comme vous pouvez le lire 
sur une colonne à la station Porte de l'Hôpital 
du tramway de Strasbourg)

toujours d'après le Robert (petit), rond de cuir
n'a pas beaucoup plus de cent ans d'âge
et pourtant
est déjà désuet

heureusement qu'il nous reste 
rond-point
c'est ce que je me dis en traversant les Champs-Elysées.
           
*Jacques Roubaud: escriptor i matemàtic francesc nascut el 1932, membre de l'OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle, taller de literatura amb tècniques d'escriptura limitada, limitacions auto-imposades per explorar la llengua) i amic, llavors, de Raymond Queneau i Georges Pérec. 

**Le Petit Robert: diccionari abreviat de la llengua francesa (el seu germà gran té 8 volums), molt consultat per la gent que escriu i diferent del seu company de prestage, Le Petit Larousse, més convencional que s'até a les definicions. Els "roberts", argot pur i dur, són els pits, les tetes, la pitrera vaja.

Us deixo aquí ! i... sento no poder traduir aquest poema !!!
Per llegir els altres poemes, traduïts: 
Cuarenta poemas, Jacques Roubaud, ed. Hiperión, poesía 



Fins aviat, Muriel i... felices poemes sempre !