lunes, 22 de diciembre de 2014

Lectures ! Recomanacions des de la nostra biblio

Us enllaço amb el blog de la nostra biblio perquè avui surten les nostres recomanacions nadalenques de lectura:

http://blocs.lescorts.cc/lecturamllongueras/2014/12/22/aquest-nadal-us-recomanem/

I per fer boca, aquesta escultura de Jean-Michel Folon (aquarel·lista, pintor, escultor, gravador belga, 1934-2005)

Jean Michel Folon, Lire (2004), bronze, cm 47x37,8x113

Fins molt aviat i us desitjo unes felices lectures sempre !!! Muriel

domingo, 21 de diciembre de 2014

Último día de otoño, un mirlo, unas rosas...

Desde mi jardín de la infancia, un pensamiento dulce y nostálgico - que no triste ! - en este último día de otoño: un mirlo silba, que querrá ?, en las brancas desnudas del castaño de indias - hay que ver qué árbol más grande surgió de la castaña que, niña, planté en el fondo del jardín "a ver que pasaría" !, y unas últimas rosas, como de porcelana, dan un toque suave de color:

En el fondo de mi jadín un 1er día de invierno
21 dic. '14, Muriel
En el fondo de mi jadín un 1er día de invierno
21 dic. '14, Muriel

Entonces, os deseo un feliz invierno, para mí, una estación para pensar tranquilamente y leer... Hasta pronto, Muriel

lunes, 15 de diciembre de 2014

Avets i faigs i punts de llibre

Avui que em toca estar a platea, vull dir al taulell de préstec ;-) , dono aquest punt de llibres * (data de retorn al dors) amb poesia inclosa a la gent que s'emporta documents. Entre usuari i usuari, llegeixo el poema i m'agrada. És força bonic trobo i... parla dels meus amics (germans ?!) els arbres ! Es titula Avets i faigs, del recull La muntanya d'ametistes, 1908 i és de Guerau de Liost: 


El faig és gòtic com l’avet. 
Mes l’avet puja fosc, aspriu, 
sòbries les fulles, el tronc dret, 
car és d’un gòtic primitiu. 

Mentres el faig, trèmul, somriu 
amb son fullatge transparent 
on l’esquirol hi penja el niu 
car és d’un gòtic floreixent. 

L’avet és gòtic com el faig. 
Són les agulles dels cimals 
on de la llum s’hi trenca el raig. 

Són les agulles sobiranes 
de les eternes catedrals, 
immòbils, pàl·lides, llunyanes. 


* Regularment, rebem lots de punts de llibre amb informació d'esdeveniments o commemoracions, etc. El darrer lot és una sèrie de sis persones destacades de la Mancomunitat de Catalunya: Clementina Arderiu -1889-1976-, poeta; Josep Carner -1884-1970-, poeta, periodista, dramaturg i traductor; Francesca Bonnemaison -1872-1949-, creadora de la primera biblioteca popular de la dona de Barcelona (futura escola de la dona) on les dones treballadores podien tenir accés a la cultura, formació i informació; Josep Pla -1897-1981- periodista i escriptor, potser el més llegit i popular de la literatura catalana; Pompeu Fabra -1868-1948-, enginyer industrial i pare de la normativa moderna de la llengua catalana i Guerau de Liost (Jaume Bofill i Mates) -1878-1933-, escriptor, poeta i polític. 

Us deixo que la "platea" no dóna per esplaiar-se molt (ni poc !). Fins molt aviat ! Felices poemes us desitjo ! Muriel

domingo, 7 de diciembre de 2014

La lumière de la mer, luz, mar, luz del mar...

Belle journée froide et ensoleillée, comme je les aime en automne-hiver. La conjoncture est bonne pour une balade en solitaire les pieds dans l'eau. Hoy es un día de frío y de sol, hermoso. Ganas de ir a ver el mar y caminar, un paseo en solitario, los pies en el agua.

Quand j'arrive à la plage, la mer et la lumière et la lumière de la mer m'offrent cet éblouissant spectacle, y cuando llego a la playa, el mar y la luz, y la luz del mar me regalan este espléndido espectáculo:

Mer et lumière, Gavà, déc. 14, Muriel

Mer et lumière, Gavà, déc. 14, Muriel

Mer et lumière, Gavà, déc. 14, Muriel

Mer et lumière, Gavà, déc. 14, Muriel

Faire partie de ce monde ! Sentir la mer et la lumière qui étaient là bien avant nous et seront là bien après nous. Sentir le bonheur m'innonder d'être un simple grain de sable, un tout petit coquillage, dans ce spectacle-là ! Formar parte de este mundo ! Sentir el mar y la luz, presentes desde mucho antes que nosotros y para mucho tiempo después ! Sentir como me invade la felicidad de ser un sencillo grano de arena, una conchita minúscula en este formidable espectáculo. 

Balade tonique (rythme soutenu, eau froide) et illuminante, j'en ai le cerveau tout baigné encore ! Un paseo tónico (ritmo ligero, agua fría) y luminoso, iluminador, tengo el cerebro impregnado todavía.

Et j'aime savoir que Muriel, nom celte Muir Gheal, signifie Lumière de la Mer. Joli cadeau ! Y me gusta saber que Muriel, nombre celta, significa esto: la Luz del Mar ! Un nombre-regalo !

À bientôt, pensée heureuse pour les personnes qui partagent à un moment ou à un autre, cette plage avec moi, pensée profonde pour M.A., qui me manque tellement.
Hasta pronto, un abrazo para vosotr@s que a menudo camináis a mi lado por esta playa, Muriel

martes, 25 de noviembre de 2014

Tardor d'aquarel·la

Passejava per aquells paratges més nòrdics (tampoc tant nòrdics però gens mediterranis, això, segur: pobles de la Brie al llindar del bosc que m'estimo tant, la Forêt de Sénart) i veia paisatges que directament em semblaven aquarel·les. Sempre em passejo amb una càmara (petita, per això, ni pesa ni és invasiva) i m'agrada prendre fotos com si fossin notes del camí...


Parc de la Borne Blanche, Combs-la-Ville, nov.'14, Muriel
foto per a la Pilar, aquarel·lista a les seves hores :-)

Al llindar del bosc de Sénart, Combs-la-Ville, nov. 14, Muriel

Bosc de Sénart, Comb-la-Ville / Quincy, Nov. '14, Muriel

Bosc de Sénart, ginkgo biloba, nov.'14, Muriel

Bosc de Sénart, arce japonès, nov.'14, Muriel

Els colors de la tardor estaven servits, llestos per gaudir-ne ! 

A l'arbre hi ha una fulla que està ja
a punt de caure
i l'últim raig del dia, que ho sap,
encar la daura.

Josep Carner *

*Josep Carner: poeta, escriptor i traductor catalan, 1884-1970, en diuen "el príncep dels poetes catalans", va ser renovador de la llengua. El seu llibre de poemes Els fruits saborosos (1906) és una fita a la poesia catalana.

Us connecto amb aquesta entrada del blog d'una amiga muy amiga de los árboles también, en este post, los árboles que celebra són de Madrid, del Retiro. Sóc testimoni: els arbres del Retiro són bellos, bellíssimos, sí, senyora :
Pasionpormadrid-arboles-singulares-del-buen-retiro (del seu blog: Buscar lo importante)

Des de fa temps i per sempre vull sentir-me germana dels arbres ! Continuen amb una tardor que us desitjo feliç, fins aviat, Muriel...  i a veure, Pilar, si un dia veig al teu racó d'artista una aquarel·la que em fa viatjar cap a aquelles terres meves de més al Nord ;-) un petó


sábado, 22 de noviembre de 2014

22 novembre, Sainte Cécile

Promenade à l'orée de la forêt de Sénart, nov. '14, Muriel

Belle journée pour écouter L'Hymne à Sainte Cécile, de Benjamin Britten* ! C'est un hymne qu'il compose entre 1940-1942, sur un texte de W.H. Auden**, rendant ainsi hommage à la patronne des musiciens et musiciennes**, lui-même étant aussi né un 22 novembre (1913) !

Hymn to St Cecilia Op. 27  (Ensemble vocal Tenebrae et Nigel Short, Grande-Bretagne)

* Benjamin Britten : compositeur et chef d'orchestre anglais (1913-1976). Son hymne à Sainte Cécile est une oeuvre chorale pour choeur a cappella. Sa pièce maîtresse est peut-être son Requiem de guerre (1961) pour solistes, choeur et orchestre.

** W.H. Auden : poète anglo-américain (1907-1973). il a aussi écrit des critiques et des essais mais est surtout connu pour ses poèmes. 

*** Sainte Cécile est la patronne des musiciennes et musiciens, des luthiers, des chanteurs mais aussi des brodeurs et brodeuses 

Pensée profonde pour mon père, aussi né un 22 novembre et qui veille sur nous, bises affectueuses pour ma mère et mes frères.

Et voici le poème d'Auden, Anthem for St Cecilia's day (1ère partie)

In a garden shady this holy lady
With reverent cadence and subtle psalm,
Like a black swan as death came on
Poured forth her song in perfect calm:
And by ocean's margin this innocent virgin
Constructed an organ to enlarge her prayer,
And notes tremendous from her great engine
Thundered out on the Roman air.

Blonde Aphrodite rose up excited,
Moved to delight by the melody,
White as an orchid she rode quite naked
In an oyster shell on top of the sea;
At sounds so entrancing the angels dancing
Came out of their trance into time again,
And around the wicked in Hell's abysses
The huge flame flickered and eased their pain.

Blessed Cecilia, appear in visions
To all musicians, appear and inspire:
Translated Daughter, come down and startle
Composing mortals with immortal fire.

Promenade à l'orée de la forêt de Sénart, nov. '14, Muriel

Allez, à bientôt, Muriel et bonne continuation dans le bel automne

sábado, 15 de noviembre de 2014

Il y a 100 ans...

Hommage à Louise Marie, née Luisa Maria, en Italie, dans la campagne novaraise, un village appelé Caltignaga, il y a aujourd'hui exactement 100 ans ! 
100 ans d'Histoire d'un siècle dont elle n'aura vécu qu'un quart. 

Née le 15 novembre 1914 alors que la première guerre mondiale avait déjà éclaté, émigrée, en famille, à l'âge de 6 ans - la sale politique de Mussolini n'était pas faite pour son père - et arrivée en France, de l'autre côté des Alpes, puis rapidement dans la Brie, une région comme celle qu'ils avaient quittée, nourricière, céréalière (pas de riz mais également du blé et à perte de vue) et fromagère (un saut du Gorgonzola au Brie, aux Bries, devrions-nous dire). Elle se marie avec un Briard en 1934, elle a 19 ans et demi, a rapidement deux enfants, la vie semble heureuse... Mais la deuxième guerre mondiale éclate à son tour, elle est tuée le 20 septembre 1940 par des soldats aussi jeunes qu'elle qui occupaient leur joli village, Saint-Loup-de Naud, très belle église romane. Elle a 25 ans. 

une-longue-vie-non-vecue-quelle-connerie-la-guerre (il y a 2 ans j'étais aussi dans sa mémoire à travers ce blog)

Elle aurait, elle a ( ! ) 100 ans. Elle sait, de là où elle se trouve, qu'elle est devenue arrière arrière grand-mère ( ! ) il y a 3 jours. Elle sait que sa fille, ma mère est entourée d'enfants qui l'aiment inconditionnellement (ce qui arrivent, je crois, fréquemment aux personnes inconditionnellement aimantes ). Elle sait que ses deux enfants, ma mère et mon oncle, lui ont donné 6 petits-enfants en tout qui lui ont, pour leur part, donné 7 arrière petits-enfants... Et cette première arrière arrière petite-fille, donc, qui vient de voir le jour... Le cours de la vie...

Il y a des photos et quelques objets, très peu, qui me parlent d'elle, dont celui-ci, que je classe dans ma catégorie "objets merveilleux": un miroir de poche que son mari, mon grand-père, avait fait faire pour emporter avec lui, au front, à la guerre. Pauvres soldats... Un objet touchant, beau, dont voici, à travers le temps, deux images :


Miroir de poche à l'image de ma grand-mère, 
Muriel, nov. '14
Miroir de poche à l'image de ma grand-mère, 
Muriel, nov. '14

Il repose depuis toujours sur la table de nuit de ma mère, sacré et merveilleux...

Je suis heureuse de passer la journée avec ma mère, une journée d'automne "à souhait" en région parisienne, humide et grise mais belle aussi dans son genre. Dans le jardin, à travers les branches dépouillées du saule pleureur, du bouleau, du merisier, je vois une dizaine d'étourneaux qui picorent par terre, deux merles aussi... une tourterelle blanche vient de quitter le saule, elle a pris son envol...

S'il fait meilleur cet après-midi, nous irons du côté de la forêt, en bordure... un peu trop frileux et boueux pour y pénétrer... 

Hommage donc à ma grand-mère, affection vive pour ma mère que j'embrasse, puis mes frères, et nos enfants et... le cours de la vie en ce moment présent.

À bientôt, Muriel

domingo, 9 de noviembre de 2014

9N, un 9 de novembre diferent :-)

Quin 9 de novembre el d'avui amb la consulta - des de la desobediència (com quan no es pot fer des de l'entesa)- sobre el futur de Catalunya com a país ! Quines cues de gent, somrient, per votar :-)

Votar - un vot històric encara que simbòlic -, fer un cafè entre amigues, assistir al concert de l'OBC (entre d'altres, Chopin interpretat pel pianista brasiler Nelson Freire), presenciar una posta de sol molt bonica... un dia intens, sí o no? Sí o sí ! I feliç !


Cua per votar al meu poble a les 9h del matí, 9N, Muriel

Posta de sol des de casa, 9N, Muriel

Voilà ! Fins aviat :-) Muriel

jueves, 6 de noviembre de 2014

Taulell de Préstec versus Platea

Dijous tarda a la biblioteca, em toca "Préstec", és com una mena d'abonament ! Del Préstec en dic Platea perquè així la cosa sigui, sembli, més lleugera, festiva, vaja, a veure quin concert donen ! Platea... Palau de la Música ? Auditori ? Liceu ? Dóna igual però... que sigui platea... posats a somniar, o no ?!

I per aquesta tarda, el company de préstec, dijous sí dijous també (deu tenir un abonament també ?), em tenia reservada aquesta sorpresa :

Taulell de préstec... o platea preferent, nov. '14, Muriel

 Simpàtic o no aquest cartellet a l'ordinador que em toca avui al taulell de préstec o sigui.. de platea... platea preferent sis us plau !

No m'entretinc que hi ha feina... andante troppo agitatto ;-)

Fins aviat, Muriel (gràcies Néstor !)

martes, 28 de octubre de 2014

Intermède fruité

Intermède fruité: surprise attendue de la couleur et du dessin lors de la coupe dans le sens de la largeur, plaisir de la texture juteuse et du goût ... ce qui me ramène au mot "goûter", au quatre heures de l'enfance. J'adore goûter et aujourd'hui, c'est un plaisir... comment dire ? kaki persimon !

Plaisir kaki persimon, oct.'14, Muriel

Fruit d'ici, de la région de Valence (Ribera del Xúquer, País Valencià), le kaki persimon est relativement nouveau (fin des années 90) et est issu du traditionnel kaki. Génial fruit d'automne, le persimon, tout comme son grand frère, d'ailleurs !

Voilà pour les petits plaisirs du moment présent, à bientôt, bel automne encore à vous, Muriel

domingo, 26 de octubre de 2014

BCN, Yuja Wang, Robinson et j'en passe...

Un dimanche comme aujourd'hui il y a exactement 28 ans, je faisais mes premiers pas à Barcelone, Barna, BCN... Un très bel anniversaire avec - en vrac - l'amitié, la musique, ma fille, la vie ! Avui, fa 28 anys que vaig trepitjar el sòl barceloní per 1ª vegada... un aniversari carregat de presents del Present !

Pour la musique, excusez du peu, ce matin, Yuja Wang* à L'Auditori, le concert pour piano (elle !), trompette (Mireia Farrés** !) et orchestre (l'OBC bien sûr) de Shostakovitch... le tout en Do mineur... oh la la ! Merveilleux ! Je vois que sur Youtube ce même concert avec cette même pianiste est servi:
Un present musical amb la Yuja Wang a L'Auditori ! Absolutament meravellós !

Yuja Wang-Shostakovitch

Il y avait aussi au programme Rameau (beau, bien sûr) et Sibelius qui m'émeut toujours beaucoup. Là, c'était la Symphonie nº 2 en Ré majeur... Je me suis laissée émouvoir complètement...

*******

Je finis d'autre part la lecture de Vendredi ou les limbes du Pacifique, de Michel Tournier***. Je n'avais abordé cette oeuvre que dans les aspects obligatoires au lycée et en avais attrapé une certaine peur... Il fallait réparer ça, il le fallait tellement que le Robinson de ce roman-monument découvre, à la fin, qu'il est sur son île - qu'il avait tout d'abord nommée Désolation puis qu'un jour il avait renommée Speranza - depuis 28 ans ! 28 ans, lui aussi, enfin c'est-à-dire, moi aussi ! Et ce sont 28 ans qui défilent, son rapport à la solitude, à autrui, à l'île, à son corps, à sa culture pré-naufrage, tout, sa vie, le temps (qui passe), le moment présent... la métamorphose qui s'est opérée en lui. Des pages initiatiques, poétiques, émouvantes (oui, encore une fois, l'émotion !) qui résonnent en moi, qui touchent le profond, incroyablement... Et je me dis que cette lecture en suspens depuis si longtemps est un bel, un heureux hasard, vraiment...

D'altra banda acabo ara mateix una lectura que tenia pendent des de l'Institut (poca broma a aquestes alçades !), un llibre far a la seva època (1967), la reescriptura del Robinson Crusoe de Defoe per Michel Tournier Divendres o els llimbs del Pacífic i cap al final el Robinson descubreix amb estupor que fa 28 anys que viu a l'illa de Speranza i repassa en un moment tota la seva vida i els passos cap a una metamorfosi total... Unes pàgines filosòficas, poètiques, commovedores... 28 anys ! una coincidència que no se'm passa per alt !

Ah ! tant qu'il y aura des livres, de la musique, des rendez-vous d'amitié et du bonheur dans les yeux de ma fille...

Sort i Salut ! À bientôt, bises affectueuses à ma mère et à mes frères, bises aussi à l'amie qui depuis le Moulin Ballot a écouté la retransmission en direct de ce concert ;-) et pensée profonde pour M.A.,

* Yuja Wang: pianiste virtuose chinoise née en 1987, soliste depuis 2008/2009

** Mireia Farrés: trompettiste catalane née en 1980, soliste et membre de l'OBC depuis 2004

*** Michel Tournier: écrivain français, né en 1924. Il publie Vendredi ou les limbes du Pacifique en 1967 (qu'il réécrira pour la jeunesse en 1971 sous le titre Vendredi ou la vie sauvage).

*******

Et puis, tenez, la mer, la Méditerranée, qui m'a apprivoisée ;-) qui fait tellement partie de ma vie !

La Méditerranée ;-) oct. '14, Muriel
À bientôt, Muriel

domingo, 19 de octubre de 2014

Ó Douro sublimado, vídeo / voyage poétique

Es un vídeo de Maria do Mar*, delicado, es un placer y una necesidad compartir ! El río Duero en Portugal, bellísimo ! Y aquí, las vistas, el poema escogido, la lectura que hace ella de ese poema: una delicia ! Os invito a saborear !

C'est une vidéo de Maria do Mar, délicate, un plaisir à partager, vraiment ! Le fleuve Douro, au Portugal, beau, absolument ! Les vues, le poème choisi, la lecture qu'elle en fait: un régal ! Je vous invite à la regarder !


«O Doiro sublimado.
O prodígio de uma paisagem que deixa de o ser
à força de se desmedir.
Não é um panorama que os olhos contemplam:
é um excesso de natureza.
Socalcos que são passados de homens titânicos a subir as encostas,
volumes, cores e modulações que nenhum escultor pintou
ou músico podem traduzir,
horizontes dilatados para além dos limiares plausíveis de visão.
Um universo virginal, como se tivesse acabado de nascer, 
e já eterno pela harmonia,
pela serenidade, pelo silêncio que nem o rio se atreve a quebrar,
ora a sumir-se furtivo por detrás dos montes,
ora pasmado lá no fundo a reflectir o seu próprio assombro.
Um poema geológico.
A beleza absoluta».

Miguel Torga in "Diário XII"

[ he encontrado el poema en este blog / j'ai retrouvé ce poème sur ce blog: 
http://miradourosdurienses.blogspot.com.es, post: 
http://miradourosdurienses.blogspot.com.es/2007/07/m4-miradouro-de-s-leonardo-galafura.html ]

*Maria do Mar Rêgo: artiste photographe, Portugaise du Monde... histoire à suivre !

Allez, à bientôt ! Muriel 

miércoles, 15 de octubre de 2014

Les jours passent...

Les jours passent...

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas, dit-on (quoique... ça dépend quand même des périodes, non ?)

Les jours s'en vont, je demeure, disait Guillaume Apollinaire (Sous el pont Mirabeau, coule la Seine, etc etc... faut-il qu'il m'en souvienne ?)

Les jours s'en vont comme des chevaux sauvages dans les collines, disait Charles Bukowski (c'est le titre d'un de ses plus beaux recueils de poèmes)

Bref, le sable coule au sablier et s'il y a maintes idées qui me passent par la tête pour de nouveaux posts, je n'ai guère le temps de m'y mettre ces derniers temps et... les jours passent...

À bientôt quand même ! Muriel

martes, 30 de septiembre de 2014

Dernier jour du mois de Septembre, Vendémiaire suit son cours...

Dernier jour de ce mois de Septembre que j'aime tant... L'été cède définitivement le pas à l'automne... Il me plaît de savoir que cependant Vendémiaire suit son cours ! Vendémiaire est le 1er des mois du calendrier républicain dont le nom des mois en si parfaite syntonie avec les saisons, la nature au fil du temps... Vendémiaire, c'est du 22 septembre au 21 octobre (approx.)du calendrier grégorien. Les vendanges, les raisins... J'aime ce moment de l'année ! Finie la frénésie de l'été, on peut se recueillir tranquille, on peut aussi continuer à vivre un peu comme en été... Brumaire et Frimaire, c'est autre chose, ça oui... mais nous en sommes à Vendémiaire !

Illustration Vendémiaire (trouvée sur Wikipédia)

Et pour la route une chanson, avec des raisins, avec du vin:
Vive le vin- vive le raisin-Julie-Dassin

À bientôt, belles Grappes de raisin ;-) et bon Vendémiaire à vous ! Bises à Cathy (un plaisir de te revoir cet été, c'était Messidor, n'est-ce pas ?) Muriel

martes, 23 de septiembre de 2014

Arbres, automne, tardor

Feliç tardor a vosaltres, arbres amics d'aquests passats dies de setembre !
Bel automne à ces arbres-là:

Du côté du Moulin Ballot, sept.'14, Muriel

Feliç tardor a tots els arbres
Bel automne à tous les arbres, 
arbres des forêts, arbres des champs, arbres des montagnes, 
arbres des bords de mer, arbres des villes, 
bel automne à vous 
arbres amics ! 

I aquest pensament per a la Montserrat Abelló, poetessa i traductora catalana que ens va deixar el passat 9 de setembre (Tarragona 1918-Barcelona 1914) i era molt amiga dels arbres (les mans i els arbres són temes recurrents a la seva obra):

Plantar sobre la terra

Plantar sobre la terra
els peus. Ja no tenir
por. Sentir com puja
la saba, amunt, amunt.
Créixer com un arbre.
A la seva ombra
aixoplugar algú que
també se senti sol, sola 
com tu, com jo.

(D’El blat del temps, 1986)

Un très beau poème, simple et touchant de Montserrat Abelló, poétesse catalane qui après un parcours vital de 96 ans ( !) s'est éteinte à ce monde le 9 septembre dernier pour rejoindre, c'est sûr, un autre monde de mots, d'arbres et de mains, thèmes phares dans son oeuvre. Ce poème-là dit à peu près cela: Planter sur la terre / ses pieds. Ne plus avoir/ peur. Sentir monter / la sève, plus haut, encore plus haut. / Grandir comme un arbre. / À son ombre / abriter quelqu'un qui / se sent aussi seul, seule / comme toi, comme moi. (Recueil de poèmes Le blé du temps, 1986)

Voilà, alors bel automne à vous tous, avec des arbres, avec des amis ! Feliç tardor entre arbres i amics us desitjo ! Fins aviat, Muriel 

(pensée reconnaissante pour les arbres de ma vie, pensée tendre pour ma mère qui aime les arbres, pensée profonde pour l'amie qui a devancé Montserrat Abelló, M.A, et que l'ombre des arbres du Moulin Ballot soit douce à vous du Moulin Ballot !)

sábado, 20 de septiembre de 2014

Une pierre noire, rencontre

"Car un laque décoré à la poudre d'or n'est pas fait pour être embrassé d'un seul coup d'œil dans un endroit illuminé, mais pour être deviné dans un lieu obscur..."

C'est une citation de L'Éloge de l'Ombre, de Junichirô Tanizaki*, dont la lecture m'a tellement impressionnée et dont des bribes me reviennent souvent à l'esprit.

Sur la dernière plage sur laquelle je me suis promenée, j'ai rencontré une pierre qui, même si justement ce n'est pas ce que dit Tanizaki, par la lumière qui émanait d'elle, m'a encore évoqué ce très beau texte:

Rencontre avec une pierre noire ayant rencontré la lumière,
 Oléron, sept.'14, Muriel

Rencontre de la pierre noire avec une pierre blanche et toujours la lumière,
 Oléron, sept.'14, Muriel

Rencontre de la pierre noire avec etc etc etc... ;-)
Oléron, sept.14, Muriel

Souvenir lumineux d'Oléron dans l'horizon de l'océan, la lumière de septembre, l'amitié... et la jolie rencontre avec ces pierres-là !

À bientôt, Muriel (pensée yogi -Follow your bliss !- pour Sylvaine, pensée profonde pour M.A.)

*Junichirô Tanizaki: 1886-1965, écrivain japonais très prolifique (nouvelles, romans, essais, traductions...); parmi ses oeuvres le très bel ouvrage L'éloge de l'ombre, et aussi, Le goût des orties, Le pont flottant des songes, Journal d'un vieux fou...

viernes, 19 de septiembre de 2014

Portail pas web...

Ces quelques photos en guise d'hommage à un portail, ma foi, pas web du tout... mais, je vous assure, à consulter sans modération pour toute information sur... l'horizon !

Au Moulin Ballot, sept.'14, Muriel

Un formidable portail, donc, qui s'ouvre sur... qui s'ouvre sur ça:

Au Moulin Ballot, sept.'14, Muriel
Au Moulin Ballot, sept.'14, Muriel
Au Moulin Ballot, sept.'14, Muriel
Au Moulin Ballot, sept.'14, Muriel

En connaissez-vous beaucoup, dites-moi, de jolis portails qui s'ouvrent comme ça sur l'horizon ? Je dis: fabuleux ! et... le mot est faible ;-)

À très bientôt ! Salutations "à perte de vue" et puissent bien des portails au monde s'ouvrir ainsi ! Amitié reconnaissante, à vous, du Moulin Ballot ! Merci la vie, Muriel

jueves, 18 de septiembre de 2014

Bibliothèques en Charente Maritime, la main et la plume du poète, d'un blog à l'autre

Étant passée par la très belle ville, le port !, de La Rochelle et donc devant la Médiathèque, puis ayant ensuite fait un saut à Surgères et donc vu la bibliothèque de cette charmante petite ville, celle, il était une fois, d'Hélène de Surgères, donc, muse et ultime amour du poète Pierre de Ronsard, Vivez si m'en croyez, n'attendez à demain. Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie, et ayant envoyé les photos de chacun de ces "hauts-lieux" de la lecture (vision romantique et quelque peu déphasée de la réalité actuelle des bibliothèques, mais enfin...) à ma collègue collectionneuse de bibliothèques du monde, (voyez un peu son blog: Libraries of the world - blog ), j'ai eu droit en retour à ce très sympathique post-dédicace:

http://librariesoftheworld.blogspot.com.es/2014/09/biblioteques-de-la-regio-de-la-poitou.html

Je vous souhaite, comme elle, de belles bibliothèques, toujours !

Et je vous joins cette photo de Surgères: on entre dans la ville par ce rond-point-là !

Rond-point Surgères, Charente Maritime, sept.14, Muriel
Rond-point Surgères, Charente Maritime, sept.14, Muriel

Alors, belles poésies à vous aussi !

À bientôt, Muriel (Salut, Rosa !)

viernes, 12 de septiembre de 2014

Douche de fille, sac des filles

Elle vient passer quelques jours, un bagage à main, un sac à dos en soute, elle arrive à l'aéroport, sac à dos perdu, elle voit des amis, en voit d'autres, prend une douche chez l'un, improvise une tenue spéciale journée de fête chez une autre, bien sùr, tout ce qu'elle aimerait avoir est dans le sac à dos... car enfin, c'est bien parce qu'elle aimerait avoir ces choses-là qu'elles les avait mises dans son sac à dos... 4 jours comme ça puis elle arrive à la maison (la mienne, un endroit sien aussi) et après une balade ensemble sur la plage, une douche dont elle ressort pimpante, souriante: "une douche de fille ! mais c'est formidable, avec des gels parfumés, du shampooing, de l'huile d'argan pour les cheveux ! une vraie douche de fille !" . C'est vrai, une douche de garçon, c'est pas la même chose, y a pas à tortiller ! Et c'est vrai qu'on peut voyager avec peu de choses mais... c'est tellement confortable de voyager avec "ses petites affaires"...

La "douche de fille" me fait penser au "sac des filles", éternel mystère pour les garçons, de génération en génération. Et des sac des filles, on passe au sac des filles de Camille, qui chante ça à merveille :

Le sac des filles - live au Trianon: écoutez-ça, un peu !

On s´est posé trop de questions
To be or not to be
Est-ce que Dieu existe ?
Mais pour comprendre la marche du monde
Il faudrait que les hommes m´expliquent
Qu´est-ce qu´il y´a dans le sac des filles
Napoléon à Saint-Hélène
Voyait en rêve le sac de Joséphine
Ces hommes du haut de son empire
Se creusaient encore la cervelle
Mais qu´est-ce qu´il y´a dans le sac des filles
Qu´est-ce qu´il y´a dans le sac des filles
Qu´est-ce qu´il y´a dans la tête des hommes
Elémentaire mon cher Watson
Des sacs de filles pleins à ras bord
Des brunes des rousses des boucles d´or
Mais qu´est-ce qu´il y´a dans le sac des filles?
Qu´est-ce qu´il y´a dans le sac des filles?
Qu´est-ce qu´il y´a dans son sac?
Des tic tac des mic mac des clips
Des paires de claques des je t´aime
Je te plaque, badadoum patatrac
Pris la main dans le sac
La voilà la paire de claques
Sur ta pauvre tête de macaque

De fil en aiguille, de douche de fille en sac des filles de Camille*, je repense, là, au sac à main rouge d'Anna Karénine** et à son énigmatique contenu (qui a fait couler de l'encre, celle de Nabokov*** entre autre), et j'envoie une affectueuse pensée à Maria do Mar (qui aime les douches de filles et les sac de filles, non mais!)

Un de mes sacs de fille, Muriel

* Camille: chanteuse, auteur-compositrice française, voix prodigieuse, textes interpellants. Son CD Le sac des filles est sorti en 2002.
** Anna Karénine, un des grands romans de Léon Tolstoï (1877) dont Anna est le personnage éponyme et central.
*** Vladimir Nabokov dans Conférences sur la littérature russe (Lectures on Russian literature, compilation publiée en 1981 aux Etats-Unis) dit qu' "avec Anna Karénine Tolstoï atteint le comble de la perfection créative" et évoque à un moment donné le sac à main rouge d'Anna K., "the red purse Anna carries"...

Allez, à bientôt ! Muriel (et chic, le sac à dos a été retrouvé !)


lunes, 1 de septiembre de 2014

Aux marches du palais...

Aux marches du palais... Chanson française traditionnelle datant du XVIIIème siècle, chantée sous de multiples versions du Nord au Sud, d'Est en Ouest de l'Hexagone, par les troubadours d'abord puis par toute sorte de chanteurs populaires (Piaf, Cora Vaucaire, Marie Laforêt, Nana Mouskouri, Yves Montand, etc. etc...)

Aux marches du palais (bis)
Y'a une tant belle fille, lon la
Y'a une tant belle fille.Elle a tant d'amoureux (bis)
Qu'elle ne sait lequel prendre, lon la
Qu'elle ne sait lequel prendre.

C'est un p'tit cordonnier (bis)
Qui a eu la préférence, lon la
Qui a eu la préférence.
Et c'est en la chaussant (bis)
Qu'il en fit la demande, lon la
Qu'il en fit la demande.
La belle si tu voulais (bis)
Nous dormirions ensemble, lon la
Nous dormirions ensemble,

Dans un grand lit carré (bis)
Couvert de toile blanche, lon la
Couvert de toile blanche.


Aux quatre coins du lit (bis)
Un bouquet de pervenches, lon la
Un bouquet de pervenches.

Dans le mitan du lit (bis)
La rivière est profonde, lon la
La rivière est profonde.


Tous les chevaux du roi (bis)
Pourraient y boire ensemble, lon la
Pourraient y boire ensemble.

Et nous y dormirions (bis)
Jusqu'à la fin du monde, lon la
Jusqu'à la fin du monde.



C'est une chanson que j'ai beaucoup chantée et c'est aussi la 1ère chanson que j'ai chantée à ma fille, dans ses toutes 1ères heures de vie... Bien du bonheur !!!
Pour toi, aujourd'hui encore, ma grande fille: Aux marches du palais, c'est Marie Laforêt qui chante, jolie voix...

Et, au passage, affectueuse pensée pour toutes les copines (et il y en a un paquet !) avec qui, tout au long de la vie, j'ai chanté en marchant, à tue-tête, à plein coeur :-) et pas forcément juste :-( les chansons du recueil populaire.

Herbes folles, Parc de la Borne Blanche, Combs-la-Ville, août '14, Muriel

À bientôt, Muriel (Bon anniversaire my love !)





sábado, 30 de agosto de 2014

Double après-midi à la mer

Double après-midi mer (ou était-ce un après-midi doublement à la mer ?)... Sur le tard, la mer, celle qu'on voit danser le long des golfes clairs, comme chantait Trenet** (ou pas très clairs, comme chantait Bashung**), ze sea, quoi, la flotte, allez, à la baille ! (comme disait mon père)... un moment de plage agréable, une marche tonique et l'horizon, l'horizon... Mais avant ça, la mer de Sorolla*, c'est tellement merveilleux Sorolla, absolument merveilleux... Sorolla, el color del mar, quelle belle expo, un régal... les couleurs, les tranparences, la mer dans tous ses états, à toute heure... une lumière ! Entrez-y: Expo-Sorolla-CaixaForum-Barcelona !

Cap Martí, Xàbia (València), 1905- Joaquim Sorolla
Femme de pêcheur et son enfant, plage de Valencia, 1908, Joaquim Sorolla
Maria sur la plage à Biarritz, 1906, Joaquim Sorolla
À midi sur la plage de Valencia, 1904, Joaquim Sorolla

Le jeu inséparable de l'eau et de la lumière, le naturel, voilà ce qui a fasciné Sorolla toute sa vie et ce qu'il cherchait constamment à capter. "La peinture, quand on la vit, est supérieure à tout ! Non, je me trompe, ce qui est beau, c'est le naturel." Et ce qui émeut vivement, à contempler les tableaux de Sorolla, c'est son parcours de la nature à la peinture ! Il disait aussi: "Il me serait impossible de peindre lentement en plein air (lui, il disait "peindre au soleil"), même si je me l'imposais. Il n'y a rien d'immobile dans ce qui nous entoure. La mer se plisse à chaque instant, les nuages se déforment [... ] et même si tout était pétrifié, il suffirait que le soleil bouge, ce qu'il fait continuellement, pour donner des aspects différents aux choses." Puis, encore: "J'ai une faim de peindre comme jamais, ça me dépasse, c'est une folie..."

C'était bien, très bien cette expo... Pas de regret, non, de ne pas être une jolie vache rousse broutant dans les montagnes du Berguedà (mais sans faute, au début de l'automne, une escapade dans le Berguedà, ça oui !)

Quel bonheur, après l'expo, de retrouver la mer, de chercher les couleurs, la lumière, de me remémorer les tableaux... Ce soir, le ciel était particulièrement joli...

* Joaquim (ou Joaquín) Sorolla: le peintre de la lumière, Valencia 1863 - Madrid 1923. Biographie: http://www.spainisculture.com/fr/artistas_creadores/joaquin_sorolla.html

** Charles Trenet, La mer (1960) et Alain Bashung, Gaby, oh Gaby (1981)

À la prochaine, Muriel (pensée profonde pour M.A., qui aurait adoré un après-midi comme ça, bises à Sylvaine qui aime beaucoup beaucoup la mer).

jueves, 28 de agosto de 2014

Vache paisible... vaca tranquil·la... biblio... Berguedà

Estic a la biblio "processant" les revistes del mes de setembre que han anat arribant... i com és el moment de fer una petita pausa, en lloc de "te", la faré "carabistouilles", perquè tinc a les mans el Descobrir Catalunya i sento un desig boig de ser la vaca de la foto !  

Matin à la bibli... J'ai attaqué la pile des nºs de septembre des magazines auxquels nous sommes abonnés.  Au lieu de faire une petite pause thé, je la fais "carabistouilles" parce que là, j'ai Descobrir Catalunya sous les yeux et, tout à coup, fort, très fort, une énorme envie d'être la vache sur la photo !

Portada Descobrir Catalunya- set. 2014
Sempre dic que, segurament, de no haver nascut humana, hauria nascut vaca... vaja crec... un altre dia pensaré per què... una vaca-que-llegeix, per això !  El cas és que ara mateix necessito temps per rumiar en pau, tranquil·litat, aire pur i paisatges bonics... HORITZÓ !

J'ai toujours pensé que si je n'étais pas née humaine, je serais sûrement née vache... peut-être... un de ces jours, je me demanderai pourquoi... enfin, une vache-qui-lit, quand même ! En tout cas, là, j'ai besoin de temps pour ruminer en paix, de tranquillité, d'air pur, de jolis paysages... D'HORIZON !

No m'entretinc, que m'esperen més revistes..
Bon, je file, c'était sur un coup de tête...

À +, Muriel (bises à Cathy !)

lunes, 4 de agosto de 2014

Pause verveine du jardin en Provence

Pause verveine du jardin en Provence, août '14, Muriel

à bientôt, Muriel (affection vive pour mon Oncle et ma Tante !)

lunes, 21 de julio de 2014

Arquitectura dels contemplatius amb biblioteca, Delta

Un cap de setmana entre oliveres, pins, garrofers, arbres fruiters - entre els quals la figuera imponent, bellísima, que l'any passat ens va regalar figues des del setembre al Nadal (!), quin plaer poder abraçar-la !, entre els arrossars, sota un cel ara blau ara ple de núvols, magnífic, tot... Un cap de setmana al cor mateix de l'arquitectura dels contemplatius*, ben a prop d'una pétrea i entendridora biblioteca... no en vaig consultar cap volum però sé que tots són guardians de la memòria de temps llunyans i del savoir-faire humà: una autèntica joia per a la vista, per a la ment...

Biblioteca de memòria, maons i rajoles, Delta de l'Ebre, juliol '14-Muriel

Tractats sobre la memòria de temps llunyans, Delta de l'Ebre, juliol '14-Muriel

Cel de núvols, Delta de l'Ebre, juliol '14-Muriel

Arrossars, Delta de l'Ebre, juliol '14-Muriel

Figuera hospitalària, Delta de l'Ebre, juliol '14-Muriel

Entre oliveres, pins i garrofers, Delta de l'Ebre, juliol '14-Muriel

L'altre ingredient predominant, com no podia ser d'una altra manera... l'Amistat !

* L'arquitectura dels contemplatius (o Arquitectura per als que busquen el coneixement), un text que em va entrar al cap un bon dia a classe de filosofia - temps era temps - i que sempre he tingut molt present, aquí el tinc en castellà: “Llegará el día -muy pronto, quizá- en que se reconozca lo que les falta a nuestras grandes ciudades: lugares silenciosos, vastos, espaciosos, para la meditación; lugares con elevadas y largas galerías para los días de lluvia y de sol, a los cuales no lleguen el ruido de los coches ni los pregones de los vendedores ambulantes y donde no se emitiría ni la oración en alta voz al sacerdote; algo que expresara lo que tienen de sublime la meditación y el alejamiento del mundo. Pasaron los tiempos en que tuvo la iglesia el monopolio de la reflexión, en que la vida contemplativa era siempre, ante todo, vida religiosa. Todo lo que la iglesia ha edificado expresa este pensamiento, pero los monumentos de la Iglesia hablan en lenguaje demasiado patético y demasiado estrecho; son los lugares de las relaciones ultraterrestres para que nosotros, impíos, podamos meditar allí. Queremos traducirnos a nosotros mismos en piedras y en plantas, queremos pasearnos por nosotros mismos cuando circulemos por esas galerías y esos jardines”, Nietzsche, El gay saber (també La ciència alegre o La gaia ciència) -1882.1887- 5 volums on Nietzsche planteja els grans temes de la seva filosofia.

Fins aviat, Muriel (Gràcies, Pilar !)

Pensée profonde pour M.A.