miércoles, 25 de febrero de 2015

La sal de la Tierra & Génesis, Sebastião Salgado / Le sel de la Terre

Hoy he visto La sal de la Tierra, un documental, franco-brasileño, dirigido por Wim Wenders y Juliano Ribeiro Salgado (hijo de Sebastião) que recorre la trayectoria del fotógrafo Sebastião Salgado por los cinco continentes a lo largo de 40 años de labor. Sebastião Salgado ha pasado su vida capturando con su cámara los hechos, digamos hambrunas, guerras y tragedias, de la humanidad. Su último trabajo es una serie de fotografías sobre territorios vírgenes y salvajes.


"Le photographe est quelqu'un qui écrit avec la lumière... Comment aurais-je pu me douter que j'allais découvrir bien plus qu'un photographe. Je savais déjà une chose de ce Sebastião Salgado: il aimait vraiment les êtres humains: après tout, les hommes sont le sel de la Terre." (Wim Wenders)


Había visto sus fotos del 86 sobre el Sahel, la gente del Sahel, el hambre, el éxodo. Estaban expuestas en el antiguo Hospital de la Caritat (Barcelona) y me impresionaron enormemente que supe que no le perdería nunca la pista a este fotógrafo. Hace unos días, vi la exposición de su último trabajo, Génesis se titula, en el CaixaFòrum (también Barcelona), bellísimas fotos, bellísimos parajes, retratos de una belleza sobrecogedora de gente de latitudes lejanas y salvajes (salvajes ?), un formidable homenaje a la Tierra.

"Huit ans de travail, 30 voyages, 245 images… Le photographe Sebastião Salgado rend un hommage à la beauté de la planète. Développé depuis 2004, ce gigantesque projet nommé Genesis montre la richesse et la diversité des peuples qui vivent encore selon un mode de vie traditionnel, au cœur de la faune et de la flore. Dans ce tour du monde des paysages, Salgado reste fidèle à sa ligne de noir et blanc, classique et lyrique en même temps. Quand il se place face aux montagnes, face aux gens ou dans les paysages blancs, il est habité d'un autre souffle, puissant. On est parti avec lui, loin, très loin. Les indécrottables terre à terre resteront comme d'habitude au ras du bitume, dans la critique cynique. Pourtant, l’état de la Terre requiert assurément bien plus que des réflexions de salon.
Bénédicte Philippe, Télérama"

Admiro profundamente a Sebastião Salgado. Qué mirada más hermosa, más humilde y más límpida a pesar de todo lo que ha visto ! Todo él una lección de vida y de humanidad !


Bueno, hasta pronto ! Muriel

sábado, 21 de febrero de 2015

Tortue de sable i nuvolet perdut...

Ce que j'ai vu ce matin en me promenant sur la plage, les pieds dans l'eau, un délice frisquet ;-) c'est une formidable tortue avec son bébé, une tortue absolument magnifique, une tortue attendrissante au possible, jugez-en vous-mêmes (això he vist aquest matí, aquesta tortuga de sorra, en lloc d'un castell, una tortuga mare amb el seu fillet o la seva filleta ! tan re-bonica ! tendre, molt tendre !):

Tortue de plage avec son bébé, en haut à gauche, le pied de l'artiste,
Gavà, Muriel, feb. '15
La même tortue de plage, vue de dos, avec son bébé, Gavà, Muriel, feb. '15

L'artiste, c'est une petite fille qui était là avec sa petite soeur et ses parents et qui, ma foi, n'était pas peu fière quand je lui ai demandé la permission de photographier sa très jolie sculpture de sable (l'artista ? una nena que estava allà a la platja amb la seva germaneta i els seus pares ! i que orgullosa de la seva feina quan li vaig demanar permís per fotografiar la seva formidable tortuga, la seva fantàstica escultura de sorra !) .

Alors, cette poésie de Robert Desnos*:

La Tortue

Je suis tortue et je suis belle,
Il ne me manque que des ailes
Pour imiter les hirondelles,
Que ? Que ?

Mon élégant corset d’écailles
Sans boutons, sans vernis, ni mailles
Est exactement à ma taille.
Ni ? Ni ?

Je suis tortue et non bossue,
Je suis tortue et non cossue,
Je suis tortue et non déçue,
Eh ? Non ?

(Chantefables, 1944-1945)


J'ai aussi vu un tout petit nuage perdu dans le vaste ciel bleu, mais où donc s'en étaient allés tous les autres ? (també he vist un nuvolet perdut en el cel molt blau, on s'amagava la seva colla ?)

Nuvolet perdut, Muriel, feb. '15

Et donc, cette poésie de Claude Roy**:

Je regarde le nuage

Je regarde le nuage
Il est blanc pommelé
Est-il immobile
ou presque immobile?
Je regarde le nuage
si longuement
que je deviens nuage

Le vent doucement
pousse pourtant le nuage
qui s’éloigne peu à peu

Mais moi je reste ici
Je n’étais pas devenu
complètement nuage
Seulement moitié-nuage
et moitié-homme

Ce qui est tout de même
assez différent


Bon, à la prochaine, fins aviat, Muriel

* Robert Desnos: poète né à Paris en 1900 et mort en 1945 au camp de concentration de Theresienstadt. Toute son oeuvre est empreinte du coeur Paris, de l'imaginaire naïf et populaire, un des poètes du surréalisme français.

** Claude Roy: poète, écrivain, journaliste français (1915-1997), résistant, marqué par la guerre et engagé contre toutes les guerres


domingo, 15 de febrero de 2015

Un diumenge fantàstic


No me'n puc queixar, no, d'aquest diumenge ! M'ha vingut ple de regals de música, de menjars exquisits, de cors, de records...


A mode de resum, de tastet, posaré aquí:

  • un link per (re)escoltar Empúries d'Eduard Toldrà
Música catalana al panorama clàssic del segle XX-Eduard Toldrà- Empúries


  • aquesta foto, evocadora de celebracions, amistat i... infusions digestives ;-)

Ca la Camil·la, després del cava, la infusió ;-)
 Muriel, feb. '15

  • una cançó de la gran, grandíssima Mercedes Sosa, la de Los hermanos

Formidable, molt fort, veure el documental Mercedes Sosa, la voz de América Latina. El Documental del mes, és, per a mi, una mica com La Contra de La Vanguardia, una cita esperada, una trobada addictiva :-)

El portal web del Documental del mes és: http://www.eldocumentaldelmes.com/ca/portada.html

i la pàgina del documental sobre Mercedes Sosa és aquesta:  www.eldocumentaldelmes.com/es-mercedes_sosa__la_voz_de_latinoamerica.html

també el link per al post que li vaig dedicar, a "La Negra", quan va morir : http://books-carabistouilles.blogspot.com/2009/10/gracias-mercedes.html


I a més a més, l'Amistat al llarg de tot el dia ! De què em queixaria ?!

Fins aviat (una abraçada especial per a la Camil·la: felicitats !) i per a tots els germans i totes les germanes de cor !

Muriel


sábado, 14 de febrero de 2015

Cafè Zoo, Ana Moya

Cafè Zoo, d'Ana Moya, definitivament us en recomano la lectura ! Parlava d'aquesta novel·la en el meu post de fa 5 dies [ http://books-carabistouilles.blogspot.com/2015/02/le-meilleur-moment-pour-planter-un-arbre.html ]. Un plaer, aquest llibre i l'Ana Moya, una gran sensibilitat. 

Res més de moment, fins molt aviat ! Muriel


viernes, 13 de febrero de 2015

De bon matí he vist un ametller florit

Aquest matí he sortit a passejar i he vist un ametller florit. He sentit la joia de viure...
Hi ha molts poemes  catalans que parlen de l'ametller en flor... És veritat que també hi ha molts ametllers a Catalunya !

Aquesta poesia de Joan Amade m'agrada molt:

Inscripció de la flor primera

La primera flor ha neixit:
per sempre beneïda siga,
de mon cor perfumada amiga,
alegria del meu esp’rit.
Entre les branques de figuera,
l’aire s’és fet blau i lleuger...
Beneït siga l’ametller,
ja que ha donat sa flor primera.

Joan Amade  (Ceret, 1878-1949, poeta i narrador de mare catalana i pare occità)

I aquest, del gran poeta Joan Maragall:

L'ametller

A mig aire de la serra
veig un ametller florit.
Déu te guard, bandera blanca,
dies ha que t'he delit!
Ets la pau que s'anuncia
entre el sol, núvols i vents...
No ets encara el millor temps
però en tens tota l'alegria.


Joan Maragall (Barcelona1860-1911, poeta i escriptor català, figura cabdal dins la poesia modernista)

I aquest altre, de Jacint Verdaguer:

Ametller

Jo et miro
i admiro,
florit ametller
que goses
cobrir-te de roses
pel mes de gener.
Si ve una gelada,
ta blanca florida
quedarà marcida
com herba segada.
Mes tu hauràs florit,
i, a l’Infinit,
devota jardinera,
li has dat la flor primera.
Senyor,
si per lo cor
l’amar-vos és florir,
com l’ametller
jo vull cuitar
a amar;
com ell, jo vull florir,
baldament per morir.

Jacint Verdaguer (Brins d’espígol) (1845-1902, una de les grans figures de la Catalunya moderna; poeta romàntic, generació de la Restauració, 1874; torna a situar la llengua catalana a la categoria de llengua literària, Renaixença)

Són molt bonics aquest poemes, oi que sí ?!

No he fet cap foto doncs he sortit a passejar sense càmera, sense mòbil. Però oi que teniu al cap unes belles imatges d'ametllers que han florit al la vora dels vostres camins ? 

Res més de moment, fins aviat, Muriel (i una abraçada per a la Camil·la: feliç aniversari !)

lunes, 9 de febrero de 2015

Le meilleur moment pour planter un arbre... (proverbe africain)

Il paraît que c'est le lundi qu'on entreprend les choses qui marchent. Au détour d'une lecture, je suis retombée sur cette constatation... qui de fait n'en est pas vraiment une, parce que... combien de grands projets entrevus, entrepris même, un lundi n'ont pas volé bien haut ?! Des tout bêtes "je commence la piscine", "je me mets au jogging", "je me lève une heure plus tôt", pour ne citer que des "perso" très partagés, qu'on entend tous les jours, le lundi, parce que c'est lundi, les autres jours, en prévision du prochain lundi...

Pour ma part, étant née un lundi, les projets mis en oeuvre le lundi continuent (ad vitam aeternam !) d'avoir un sens pour moi... et tant-pis pour les innombrables projets restés en plan ! Par chance, le lundi revient souvent dans la vie :-) et les projets, il y en a à la pelle ! Puis, il y a un proverbe, africain, qui me trottine dans la tête, qui vaut tous, absolument tous les lundis du monde, que j'ai adopté dès que je l'ai lu (relu, parce que les proverbes ne sont jamais tombés de la dernière pluie !) sur la page de garde d'un livre que j'ai pris à la bibliothèque la semaine dernière. Une véritable invitation à la lecture: la couverture, magnifique photo, le résumé et ce proverbe, donc, mis en exergue: 

"Le meilleur moment pour planter un arbre, c'était il y a 20 ans. L'autre meilleur moment, c'est aujourd'hui." 

J'adore, c'est exactement ça, comme ça, que je veux vivre, penser, agir ! Profiter de cet autre meilleur moment, le moment des moments, du seul qui nous appartienne vraiment, notre allié, le cadeau de la vie, le moment présent. 

Le livre que j'ai commencé, c'est un livre d'Ana Moya*, écrit en catalan (je ne crois pas qu'il ait été traduit en français). C'est Cafè Zoo, qui relate le voyage, à partir d'une vieille photo retrouvée dans une boîte "à trésors" et de moult histoires inachevées qu'une jeune Barcelonaise entreprend du coeur de sa ville natale jusqu'à la  terrasse du café Zoo, celui de la photo, en plein coeur de la capitale de la Namibie. 

Cafè Zoo - agenda badaweb badaweb.com
Livre Cafè Zoo, Ana Moya

Lecture à peine entamée, histoire à suivre, donc...

Je profite de ce post pour vous souhaiter un bon lundi, une belle semaine et surtout un beau moment présent !

* Ana Moya: native de Badalona (Barcelone), née en 1975 (?), elle remporte le prix littéraire de Badalona avec son 1er roman Cafè Zoo en 2012. Psychologue, étudie les sociétés africaines en développement, appartient à l'atelier d'écriture de L'Ateneu Barcelonès.

link (en catalan): http://www.vienaeditorial.com/mostrarllibre.asp?ididioma=1&idllibre=816

À très bientôt, Muriel